L’émission de sukuks souverains attendra encore

Qu’attend l’Etat pour émettre des sukuks souverains ? Le lancement de ces instruments (assimilables à des obligations) est une condition sine qua non pour le démarrage de l’industrie participative au Maroc, notamment parce que les futures banques et assurances islamiques doivent y placer leur argent.

Bank Al-Maghrib a explicitement sensibilisé le chef du gouvernement à la question dans un récent courrier. Le passage à l’acte nécessite en fait quelques ajustements juridiques qui, étonnement, n’ont pas encore été mis sur les rails. Il s’agit de modifier tous les textes juridiques traitant des bons du Trésor pour y insérer le terme sukuks. Six textes doivent être traités dans ce sens, apprend-on auprès de Maghreb Titrisation, qui devrait en théorie se charger de structurer les opérations de sukuks au Maroc.