Le PJD réussira-t-il à  détrôner le PAM ?

Les élections communales sont également un passage obligé pour de nombreuses autres institutions : les conseils provinciaux et préfectoraux et la deuxième Chambre.

Il s’agira d’élire les conseils, les bureaux et les présidents d’un peu plus de 1 500 communes rurales et urbaines. Les élections communales sont également un passage obligé pour de nombreuses autres institutions : les conseils provinciaux et préfectoraux et la deuxième Chambre.

Au delà d’une simple opération électorale, les prochaines élections communales font office d’une véritable jauge de popularité pour les formations politiques. Le PJD au pouvoir réussira-t-il à se maintenir sur sa lancée ? Le parti qui, depuis les dernières élections de 2009, ne cesse de reprocher aux autres formations, principalement le PAM, de lui avoir ravi la gestion des grandes villes aura toute la latitude de prouver le bien-fondé de ces allégations. Le PAM qui a réussi l’exploit de s’imposer en première force politique, la même année (en 2009), à peine une année après sa création, réussira-t-il à réitérer cette prouesse ?

Les prochaines élections, et c’est nouveau, feront office d’exercice pour l’intégration de la femme dans la gestion locale. Le législateur a déjà prévu, en 2009, une rallonge budgétaire pour encourager les partis à présenter des femmes. L’expérience devrait être reconduite cette année pour mieux répondre à l’esprit de l’article 19 de la constitution (relatif à la parité). Ce sera également une première expérience pour l’association des acteurs non politiques à la gestion locale. En outre, et dans le cadre de l’application de l’article 30 de la Constitution, ces communales devraient voir la participation des étrangers au vote. Autre enjeu, les prochaines communales seront l’occasion d’un vrai lacement de la politique des plans communaux de développement qui a buté sur quelques couacs lors de sa première mise en œuvre, en 2009. La vraie question sera si l’actuelle majorité est capable de reproduire son alliance (PJD-Istiqlal-MP-PPS) sans heurts à l’échelle locale.