Le PJD, finalement un parti comme un autre…

Voilà une chose en laquelle le PJD est un parti comme les autres. Dans sa liste nationale, Benkirane présente sa femme comme candidate.

Certes, en dernière place (elle n’a quasiment aucune chance d’être élue), mais elle n’en reste pas moins candidate. Cela à l’image de la femme du conseiller et membre du secrétariat général Abdelali Hamieddine, Bouthaina Karrouri, qui, elle, est mise en deuxième position, suivie de Maimouna Aftati qui n’est autre que la femme, et la cousine, d’Abdelaziz Aftati. Le sœur de Lahbib Choubani est, elle aussi, candidate comme la fille d’Abderrahmane Yaakoubi, membre fondateur du MUR, qui est placée en position avancée sur la liste des jeunes. Certes, cette manie de placer les proches des dirigeants sur la liste nationale des partis n’est pas propre au PJD, mais cela contraste avec les valeurs de démocratie, d’équité et d’égalité des chances dont se targue le parti islamiste.