Le gouvernement interpellé par des syndicats internationaux

Les quatre syndicats signataires de l’appel à la grève générale et nationale pour la journée du 24 février ont reçu d’importants soutiens émanant d’organisations syndicales internationales.

Particularité de ces soutiens : les syndicats qui les expriment, pour au moins quatre d’entre eux, se sont également adressés à la fois au chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, et au ministre de l’emploi, Abdeslam Seddiki. Une de ces organisations a même cru devoir exiger du gouvernement d’«entreprendre des négociations avec le mouvement syndical marocain et d’être réceptif aux demandes légitimes des travailleurs et travailleuses marocains». Sur le plan local, les organisateurs de la grève avaient, auparavant, reçu l’appui du Syndicat national des commerçants et professionnels.