La Constituante française à  l’origine du clivage, en 1789

Le clivage gauche/droite date historiquement de la Constituante française (1789-1791). Les députés y adoptèrent une disposition spatiale en fonction de leurs affinités politiques. Bien qu’elle ne reflète en rien la complexité des options politiques possibles, l’opposition gauche/droite s’est perpétuée dans la plupart des pays.
Cette distinction découlait de deux visions de la société. La gauche privilégie l’idée de correction des injustices et des inégalités induites par la pente naturelle de la société (la recherche du profit, qui est le but de l’économie de marché), avec un attachement à l’intervention des pouvoirs publics et à une meilleure redistribution des richesses.
La droite privilégie l’initiative privée et les entrepreneurs et se défie des actions publiques de nature à contrarier la liberté économique. Pour la droite, l’effet pervers de l’intervention publique est de décourager la création de richesses sous prétexte de mieux les répartir.
La combinaison de ces deux éléments aboutit alors à deux visions de l’Etat :
– une gauche attachée à un Etat qui intervient beaucoup dans le domaine économique et social, et doit en revanche favoriser la liberté de la personne ;
– une droite qui voit d’abord dans l’Etat un garant de l’ordre public (police, justice, armée) et des libertés économiques (propriété privée) .