Gouvernement : Encore un scénario de remaniement «imminent»

La secrétaire d’Etat à la pêche maritime est annoncée à la tête de la région Guelmim-Oued Noun. Son remplacement dans le gouvernement pourrait occasionner un réaménagement de l’équipe.

Cela fait plusieurs mois qu’on en parle. Plus exactement depuis la suppression du poste de secrétariat d’Etat chargé de l’eau, en août 2018. Le sujet est revenu dans la sphère politique, il y a quelques jours. Les teneurs de ce scénario avancent deux raisons pour étayer leur thèse. D’abord, le gouvernement vient tout juste d’entamer la deuxième partie de son mandat. Traditionnellement, au moins depuis le gouvernement El Youssoufi, c’est l’occasion pour le chef de l’Exécutif de reconfigurer son équipe pour lui donner un nouveau départ. Ensuite, le dénouement en cours de la crise de la région Guelmim-Oued Noun pourrait offrir une occasion concrète au chef du gouvernement pour revoir ses troupes.

En effet, cette région gérée par le ministère de tutelle, à travers une commission désignée par le wali, depuis mai 2018, est en passe de renouer avec la normalité. Le président, relevé de ses fonctions à cause de multiples blocages au sein du conseil de la région, vient de déposer sa démission. Le document a été remis aux services du ministère de l’intérieur, selon une information diffusée par la MAP jeudi 13 juin.

Interdiction du cumul de fonctions

A l’heure où nous mettions sous presse, cette démission n’avait pas encore été entérinée par un arrêté du ministère de l’intérieur, comme il est précisé dans la loi organique 111-14 relative aux régions.

Selon des sources concordantes, cet acte vient, néanmoins, couronner une série de négociations entre les formations politiques représentées au conseil de la région. Selon le scénario de sortie de crise, c’est l’actuelle secrétaire d’Etat chargée de la pêche maritime, Mbarka Bouaida, également membre du conseil, qui prendra la relève à la tête de la région. Or, comme précisé dans la même loi (art.17), la fonction de président de région est incompatible avec la qualité de membre de gouvernement. Ainsi, selon l’article 22 de cette loi, la secrétaire d’Etat doit démissionner de son poste. D’où l’opportunité d’un remaniement ministériel qui pourrait bien être élargi.