Fête du Trône : Près de 36 000 foyers raccordés aux services essentiels

Cette initiative, lancée par Lydec, vise l’amélioration des conditions sanitaires des habitants, la revalorisation urbanistique et environnementale des quartiers d’habitat informel…

Le programme INDH-Inmae fait le bilan de 10 années de réalisations. Cette initiative ambitieuse ayant pour objectif de fournir l’accès à domicile aux services d’eau potable, d’assainissement liquide et d’électricité au profit de plus de 86700 foyers, soit quelque 500 000 habitants des quartiers d’habitat informel du Grand Casablanca, a été lancée par Lydec, opérateur de services publics dans le Grand Casablanca. Il s’agit pour rappel d’un projet initié dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), lancée par S.M. Mohammed VI en mai 2005. Concrétisé en 2006 avec l’achèvement de la première opération, le programme INDH-Inmae a pu, actuellement, grâce à l’implication et la mobilisation des équipes de Lydec, atteindre un investissement de 470 millions de DH à fin 2015. Une enveloppe qui a permis de raccorder environ 36 000 foyers (42% de l’objectif) à ses services. Ils sont également près de 26 000 foyers (30%) en cours de raccordement. «Ce programme est pour nous une véritable réussite citoyenne, en contribuant à la mise en place d’une réelle dynamique sociale, mais aussi économique, dans les quartiers concernés», indique Jean-Pascal Darriet, DG de Lydec.

Dans le détail, grâce aux opérations menées à ce jour, de nombreux foyers situés dans des quartiers d’habitat informel, relevant de la commune urbaine de Casablanca (44 quartiers), de la préfecture de Mohammédia (11), de la municipalité de Mansouria (2), de la province de Nouaceur (43) et de la province de Médiouna (42), bénéficient désormais d’un accès à domicile aux services essentiels. Les projets réalisés ont considérablement amélioré la qualité de vie des habitants. En effet, «les enfants, qui auparavant devaient s’absenter de l’école pour aller chercher l’eau, ont pu poursuivre leur scolarité», explique-t-on du côté de Lydec. Mieux encore, les opérations INDH-Inmae ont permis aux ménages de se débarrasser des fosses qui menaçaient leur santé, et ce, grâce à l’installation, par Lydec, et en collaboration avec les autorités locales, des réseaux d’assainissement liquide. En somme, «après 10 ans de travail en équipe et de gouvernance multi-acteurs, le programme INDH-Inmae a acquis une dimension sociale et politique exemplaire», souligne le DG de Lydec. Et d’ajouter: «Le projet impacte non seulement les quartiers informels du Grand Casablanca, pour qui cette inclusion est une véritable promesse d’avenir et de développement, mais il rejaillit aussi sur l’ensemble des habitants du Grand Casablanca pour en faire, à terme, une des métropoles internationales phares du XXIe siècle».

Il est important de souligner que tout un dispositif a été mis en place pour réussir ce projet. En effet, suite à la signature d’un accord-cadre en septembre 2005 entre le délégataire, la wilaya du Grand Casablanca, l’autorité délégante et le ministère de l’intérieur, Lydec a formé une équipe dédiée de plus de 50 collaborateurs afin d’apporter une ingénierie technique mais aussi sociétale adaptée à ce projet exceptionnel. Et pour cause, les défis étaient très nombreux (coût élevé pour la réalisation des travaux, proximité avec les habitants, participation financière et coordination entre les différentes parties prenantes…).