Elections : ces partis qui sont déjà sur les starting-blocks

Le PJD lance une web-radio, le PAM un bras médiatique et l’Istiqlal finalise son programme.

Les élections approchent et chacun se prépare à sa manière. Alors que le PJD lance une web-radio, le PAM tout un groupe de presse, l’Istiqlal en est déjà aux chiffres. Le parti d’Allal El Fassi a presque finalisé son programme électoral. Il parle déjà de plusieurs centaines de mesures, directes, transversales et sectorielles. Le projet de programme électoral du parti est décliné en quatre axes et comprend plus de 250 actions pratiques, plus de 130 actions sectorielles et quelque 80 actions transversales. Il est également question d’une croissance économique moyenne de 5% sur le mandat et d’un taux d’inflation de moins de 2% avec à la clé la création de 160 000 emplois par an. Bien sûr, ce projet de programme qui est le fruit de près d’une vingtaine de réunions internes n’a pas encore été validé par le conseil national du parti, qui devrait tenir une réunion pour ce fait.

Le PJD, qui avait tablé sur une croissance de 7% en 2011 et qui est en train de finir son mandat avec moins de 2%, préfère, lui, s’occuper plutôt de son image avant d’aborder le programme. C’est ainsi qu’il a lancé une web-radio pour renforcer un site internet déjà opérationnel et une «brigade électronique» qui sévit sur les réseaux sociaux depuis des mois. Le volet médiatique intéresse également le PAM qui s’apprête à lancer un journal papier, un site internet, une web-TV et une web-radio pour les besoins de sa campagne électorale. En même temps, il équipe tous ses bureaux locaux et régionaux en moyens logistiques pour recevoir et informer les citoyens. Le PAM lance également une académie interne destinée à former ses militants, mais surtout ses élus déjà en poste ou ceux qui le seront à l’issue des élections du 7 octobre.