Élections 2021 : L’UC veut contribuer à un décollage économique global

Le parti de l’Union constitutionnelle (UC) aspire à assurer une stabilité du cadre macroéconomique, qui constitue une condition sine qua non pour le développement de toute économie, selon le programme du parti pour les élections du 8 septembre.

« L’acteur économique a besoin d’un environnement stable pour pouvoir prendre les décisions économiques et ce, dans le cadre d’un horizon clair », indique le parti dans son programme électoral.
Dans le détail, l’UC propose la mise en place d’une politique économique « claire », fondée sur la promotion de « la libre initiative, le soutien à la consommation interne, ainsi que la préservation de la stabilité du système financier et monétaire national ».
Il est question, aussi, d’assurer l’ouverture du secteur bancaire sur de nouveaux acteurs et outils de financement, outre la diversification et la modernisation des sources de financement de l’économie, en redynamisant le marché des capitaux.
Développer une politique active de l’emploi qui prend en compte la transformation profonde et rapide des métiers et des compétences et qui fait de l’accès à la formation continue et à l’acquisition de compétences un droit acquis, figure également parmi les priorités du parti.
De même, l’UC ambitionne d’intégrer et encadrer le secteur informel à travers des mesures incitatives et la simplification des procédures administratives et financières, ainsi que l’adoption d’une approche restrictive face à l’évasion et la fraude fiscales, notamment dans le secteur formel.
Afin de relancer l’économie marocaine et créer de l’emploi, le parti suggère, en outre, d’instaurer une industrie avec des produits diversifiés et adopter une politique d’industrialisation basée sur la recherche scientifique fondamentale et appliquée dans le cadre d’une complémentarité entre l’université et l’entreprise et l’encouragement de l’innovation.
Le parti espère également renforcer l’attractivité du Maroc et en faire un hub industriel, logistique et financier, à la faveur de sa position et sa diversité géographiques, tout en mettant en œuvre un régime incitatif à l’investissement.
Il s’agit aussi d’encourager les unités industrielles à opter pour les énergies renouvelables, d’accorder à l’agro-indusrie une place de choix en tant que secteur stratégique contribuant à la sécurité alimentaire et à la mise en valeur du produit agricole, ainsi que de moderniser les unités industrielles traditionnelles et les mécanismes de commercialisation de leurs produits.
Par ailleurs, le parti recommande d’adopter une politique audacieuse pour mettre fin aux pratiques liées à la rente, laquelle constitue un des obstacles freinant la réalisation d’un saut économique et l’instauration d’une économie productive de la valeur ajoutée.
Il propose, dans ce cadre, d’activer les rôles des institutions de la concurrence, de la lutte contre la corruption et les pratiques portant atteinte à la transparence en matière de gestion des commandes publiques.
En matière de sécurité alimentaire, l’UC s’engage à assurer la valorisation et la durabilité de la production agricole, en l’orientant vers les priorités de la demande intérieure et en optant pour des cultures régionales.
En outre, le parti recommande de poursuivre et de généraliser la modernisation du secteur et adopter de nouvelles cultures et techniques, de mettre en valeur la production à travers des chaînes de valeurs intégrées et complémentaires, de créer des zones industrielles de transformation proches des exploitations agricoles et encourager les petites et moyennes entreprises (PME) à investir dans ce domaine, ainsi que d’accompagner des petits agriculteurs pour commercialiser leurs produits, avec la réduction et le contrôle de l’intermédiation.