Deuxième Chambre : le PJD réclame des fonctionnaires !

Plus d’un mois après son installation, le groupe du PJD à la deuxième Chambre ne dispose toujours pas d’un staff administratif. Ni directeur ni équipe administrative censés accompagner les élus dans leur mission, comme le précise le règlement intérieur de la Chambre.

A peine constitué, le groupe du PJD s’est empressé de lancer un appel à candidature pour recruter le directeur et les membres du staff administratif. L’opération a été annulée faute de postes budgétaires. Et naturellement, c’est le président de la Chambre que les islamistes tiennent pour responsable de cette situation. En réalité, c’est le gouvernement qui n’a prévu aucun poste budgétaire pour les deux Chambres dans le projet de Loi de finances 2016. Cela au moment où le chef du gouvernement peut disposer de 70 postes budgétaires. Certains groupes parlementaires ont demandé à ce que 20 postes soient retirés de ce nombre pour être affectés, à égalité, entre les deux Chambres. La proposition n’a pas été retenue par le gouvernement. En même temps, une polémique a éclaté au sein de la deuxième Chambre concernant justement les postes budgétaires dont elle dispose. Alors que le ministère des finances estime le nombre des fonctionnaires de la Chambre à 596, les services de l’institution parlementaire précisent qu’en réalité elle ne dispose que de 320 fonctionnaires. Les 276 postes budgétaires restants sont relatifs aux 270 conseillers et aux six membres du cabinet du président.