De Fouad Ali El Himma à  l’Intérieur… au PAM qui retire son soutien au gouvernement

Fouad Ali El Himma annonce officiellement sa démission du ministère de l’intérieur et se présente en tant que candidat SAP aux élections législatives du 7 septembre 2007.

7 août 2007
Fouad Ali El Himma annonce officiellement sa démission du ministère de l’intérieur et se présente en tant que candidat SAP aux élections législatives du 7 septembre 2007.

7 septembre 2007
F.A. El Himma est élu à la circonscription de Rhamna, de même que ses colistiers, Hamid Narjisse et Fatiha El Ayadi.

Octobre 2007
Création du groupe parlementaire «Authenticité et modernité». Le groupe compte 36 députés dont 27 appartiennent aux 7 partis qui se sont alliés pour constituer le groupe. Le groupe remporte la présidence de la Commission des affaires étrangères.  

17 janvier 2008
Création du Mouvement pour tous les démocrates (MTD), qui prend la forme d’une association. Les dirigeants du mouvement rassurent le public en insistant qu’ils ne souhaitent pas créer un parti politique, du moins pour le moment.

7 août 2008
Création du Parti authenticité et modernité (PAM). Le Parti national démocrate (PND), Al Ahd, le Parti de l’environnement et du développement (PED), l’Alliance des libertés (ADL) et l’Initiative citoyenne pour le développement (ICD) fusionnent en son sein.

8 septembre 2008
Le PAM est invité à participer à la dernière série de rencontres entre le ministre de l’intérieur, Chakib Benmoussa, et les partis en vue des élections communales de 2009.

11 septembre 2008
Abdellah Kadiri (PND) se retire du PAM. Il sera suivi cinq mois plus tard par Najib El Ouazzani (Al Ahd) et Ahmed El Alami (PED). Ces derniers créeront le Parti démocrate national (PDN), Al Ahd Addimocrati et le Parti de l’environnement et du développement durable (PEDD) en vue de participer aux élections du 12 juin 2009.

19-21 septembre 2008
Le PAM participe aux législatives partielles. Le parti ne remporte qu’un seul siège, celui de Tiznit qu’il détenait déjà. Néanmoins, le nombre de voix obtenues dans les différentes circonscriptions où le parti s’est présenté est considérable.

28 septembre 2008
Le RNI et le PAM créent un groupe parlementaire conjoint : «Rassemblement et modernité». Le groupe compte 39 députés du RNI et 36 du parti Authenticité et Modernité, soit un total de 75 députés. Les effectifs du nouveau groupe dépassent ceux du groupe parlementaire du Parti de l’Istiqlal, représenté par 52 députés.

20-22 février 2009
Le premier congrès du PAM sous le slogan «Le Maroc demain, en toute confiance» est organisé au centre Moulay Rachid de la jeunesse et des sports à Bouznika. L’USFP et le PJD ne sont pas invités à l’événement.

13 mai 2009
Le Secrétariat général du gouvernement clarifie la question des élections communales et l’application de l’article 5 de la loi qui gouverne les partis politiques. Cet article précise qu’un parlementaire ne peut changer d’appartenance politique au cours de son mandat législatif (5 ans)  sous peine de sanction, l’interprétation faite est qu’il ne peut se présenter aux élections communales sous un autre parti. Les groupes parlementaires «Rassemblement et modernité» comptent alors 87 députés, dont 45 sont membres du PAM et 42 du RNI, et 80 conseillers, dont 43 affiliés PAM et 37 RNI.

29 mai 2009
A quelques heures du démarrage de la campagne électorale, le secrétaire général du PAM, Mohamed Cheikh Biadillah, annonce que le parti retire son soutien au gouvernement et rejoint l’opposition. Les groupes parlementaires «Rassemblement et modernité» éclatent. Le PAM est alors le premier parti en termes de candidatures aux élections du 12 juin avec 16 793 candidats (60,41 % des sièges en jeu), suivi par l’Istiqlal (15 681 candidats), le RNI (12 432) et l’USFP (12 241).