Ce qui a été retenu de l’Initiative du Grand Moyen-Orient

L’Initiative du Grand Moyen-Orient se propose de combler trois déficits majeurs mis en lumière par les rapports 2002 et 2003 des Nations unies sur le développement arabe : «La liberté, la connaissance et l’émancipation des femmes. Ces trois déficits contribuent à créer les conditions qui menacent les intérêts nationaux des membres du G8».
Le Forum de l’Avenir, qui en est une copie révisée et retravaillée avec les pays du G8 et les pays du Grand Moyen-Orient, a maintenu les grandes lignes de l’Initiative du GMO, mais en l’atténuant, en adoucissant la formulation. A titre d’exemple, la «réforme démocratique» a été remplacée par «réformes politiques». Et puis, surtout, la résolution du conflit israélo-palestinien est introduite, dans les règles de l’art. Enfin, les pays du GMO auront contribué à une certaine révision du document de base du Forum de l’Avenir.
Quels sont les axes de réforme ? Ils sont au nombre de trois : le renforcement de la démocratie et la bonne gouvernance, l’édification d’une société de la connaissance et l’élargissement des opportunités économiques.

Premier axe : renforcement de la démocratie et bonne gouvernance
Tenue d’élections libres (présidentielles, générales et locales) et fourniture d’une assistance technique (commissions indépendantes de surveillance des opérations électorales, inscriptions sur les listes électorales, éducation civique).
Création de centres de formation pour les femmes qui souhaitent entrer dans la compétition électorale ou travailler au sein des ONG.
Soutien de la presse libre par la formation des journalistes et des visites dans les entreprises de presse occidentales.
Encouragement des efforts en matière de lutte contre la corruption que la Banque mondiale stigmatise comme le principal obstacle au développement.
Soutien technique et financier sera accordé aux organisations de la société civile et aux ONG spécialisées dans les droits de l’Homme.

Deuxième axe : édification d’une société de la connaissance
Des objectifs sont fixés : former 100 000 enseignants d’ici 2008, diminuer de moitié le taux de l’analphabétisme d’ici 2010, favoriser l’accès aux ordinateurs et à l’internet, soutenir le livre scolaire et les traductions d’œuvres essentielles vers l’arabe.

Troisième axe : élargissement des opportunités économiques
Pour les auteurs, la clé de la transformation est «la libération des potentialités du secteur privé dans la région». Cela passe essentiellement par la promotion du micro-crédit.
La création d’une Banque du développement du GMO, sur le modèle de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), permettra de réunir les ressources des pays riches de la région et des pays du G8. Cette institution financera des projets à même de promouvoir une certaine complémentarité économique entre les pays de la région. La levée des entraves au commerce interrégional y contribuerait également. La création d’une organisation de coopération économique et financière régionale (sur le modèle de l’Association des pays de l’Asie et du Pacifique) favorisera également l’intégration régionale.