Ça bouge sur la scène politique !

La plupart des partis représentés au Parlement ont signé une sortie remarquée sur scène durant ces derniers jours.

La torpeur pré-estivale ne semble en rien brider l’enthousiasme de certains partis. La scène politique a connu ces derniers jours une agitation pour le moins salutaire. L’USFP qui vient de tenir une session ordinaire de son conseil national a, ainsi, remis sur la table l’éventualité d’une réforme constitutionnelle, plus particulièrement de l’article 47, ainsi que l’inéluctable révision des lois électorales. Des réformes nécessaires, insiste le parti, pour garantir le bon fonctionnement des institutions. L’Istiqlal, qui réunissait presque en même temps son comité central en session ordinaire, se prépare déjà à jouer le rôle d’alternative à la majorité actuelle. Pendant ce temps, les dirigeants du RNI avalaient les kilomètres pour se rapprocher davantage des citoyens. Après une réunion du bureau politique à Ouarzazate, la direction du parti s’est envolée pour l’Allemagne à la rencontre des MRE, membres de la «13e Région». En parallèle, le parti annonçait l’ouverture d’un bureau exécutif au Canada. Deux réunions avec les professionnels ont suivi au retour de ces périples. Elles se sont soldées par la création, à Tanger, d’une instance des ingénieurs rattachée au parti -corps professionnel dont 95% participent pour la première fois à une action politique- et par la constitution à Inezgane de l’Instance nationale RNIste du secteur des taxis, qui compte déjà 8000 adhérents.

Le PAM a annoncé à l’issue d’une réunion de son bureau fédéral une série de sanctions, allant de la suspension à de simples mesures disciplinaires, contre des membres et dirigeants du parti. Le différend entre les deux clans principaux sera désormais porté devant la justice. Quant au PJD, son secrétaire général a effectué une visite à Oujda pour trancher un différend interne entre ses secrétariats provincial et régional à propos d’une éventuelle coalition locale avec… le PAM. Cela tout en continuant a se présenter comme futur vainqueur incontesté des élections de 2021.

Comme quoi, ça bouillonne de partout dans la sphère politique.