Placements : la bourse se ressaisit, les produits de taux plongent

Les OPCVM actions ont offert les meilleurs rendements au 1er semestre 2016. La rémunération des comptes sur carnet et du livret d’épargne plombée par la baisse des taux des bons du Trésor. Les OPCVM obligations moyen et long terme ont amélioré leurs gains.

Le marché boursier a eu le vent en poupe durant le premier semestre de cette année. En effet, les actions sont parmi les produits financiers qui ont affiché les meilleures performances ; l’indice de toutes les valeurs, MASI, s’étant bonifié de 7,04% depuis le début de l’année. La résilience des sociétés cotées qui ont clôturé l’exercice avec des réalisations en hausse, malgré un contexte économique toujours tendu, et la résorption du déficit de liquidité du système financier grâce au redressement des finances extérieures du Maroc expliquent cette performance. Celle-ci a été portée par le bon comportement de 51 valeurs sur les 72 que compte le marché, contre 28 au 1er semestre 2015 qui a été clôturé avec une contre-performance moyenne de 1%. Alors que le secteur immobilier était en grande partie à l’origine de la baisse du marché boursier au 1er semestre de l’année dernière, il a participé de manière significative à la croissance de l’indice cette année. Addoha, notamment, a amélioré son cours de 53,25%, et Alliances a rebondi à 51,22%.

Suivant la même tendance, les OPCVM actions ont affiché un rendement moyen de 8,6% sachant que leur indice de performance (calculé par l’AMMC) a progressé de 4,5%. Retraité du fonds FCP Capital Maghreb de BMCE Capital Gestion qui a accusé une contre-performance de 67%, le rendement moyen des fonds actions se hisse à 9,76%. S’inscrivant sur le même trend, les fonds diversifiés ont dégagé un rendement moyen de 5,61%, contre 2,3% à la même période en 2015.

S’agissant des produits de taux, les bons du Trésor ont poursuivi leur tendance baissière entamée depuis fin 2013 en raison du recours de plus en plus restreint du Trésor au financement sur le marché des adjudications en raison de l’amélioration continue de la situation des finances publiques, ainsi que de la résorption du déficit de liquidité du système bancaire. Dans ces conditions, le rendement a atteint 1,84% pour les maturités courtes et 3,48% pour les maturités longues (contre 2,5% et 4% respectivement au 1er semestre 2015). Mais grâce à cette tendance, les OPCVM moyen et long terme ont amélioré leur rendement (effet mécanique de la baisse des taux sur la valorisation des portefeuilles). Il s’est établi en moyenne à 3,68%, alors qu’il a été ramené à 1,5% au 1er semestre 2015. Toutefois, les rendements de cette catégorie d’actifs ont chuté sur les deux dernières années vu qu’il avait dépassé 10% en 2014. Cette baisse qui caractérise le marché des bons du Trésor n’a pas épargné les comptes sur carnet et le livret de la Caisse d’épargne nationale. En cause, la rémunération des premiers est indexée sur le taux des BDT ayant pour maturité 52 semaines (diminué de 50 points de base) au moment où elle est fixée sur la base des taux sur 5 ans pour le second (avec 200 pbs en moins). Ces produits de placement ont ainsi rapporté respectivement 2,11% et 1,47%, en retrait de 32 et de 23 points de base. Pour leur part, les dépôts à terme, dont le taux est librement fixé par les banques, ont servi à fin mai (dernière donnée disponible auprès de BAM) une rémunération moyenne de 3,22% pour les comptes bloqués sur 6 mois et de 3,47% pour ceux à maturité 12 mois, contre 3,57% et 3,80% respectivement à la même période de 2015. Et ce, en raison de l’amélioration de la liquidité bancaire et la baisse du taux de refinancement de Bank Al-Maghrib. Ces mêmes raisons expliquent que les fonds obligations monétaires et de court terme ont continué à évoluer en territoire baissier, affichant des rendements moyens respectifs de 1,05% et -0,51% (contre 1,37% et 1,32% au 1er semestre 2015)

Par ailleurs, les rendements des contrats d’assurance-vie varient toujours selon la compagnie d’assurance. Au titre de l’année 2015, Axa Assurance a augmenté sa rémunération à 4,9%, RMA Watanya et Wafa Assurance ont légèrement revu leurs taux à la baisse : entre 4,4% et 4,5% pour la première et 3,8% et 4,5% pour la seconde. Pour sa part, la Marocaine Vie a maintenu ses rendements inchangés entre 4% et 4,5%.