Maroc Telecom : l’activité au Maroc renoue avec la croissance

Les revenus du groupe ont affiché une croissance de 6,1% à fin juin, à 17,6 milliards de DH. L’international représente 43% du chiffre d’affaires global contre 39% au 1er semestre 2015. Le résultat net par groupe augmente de 3,2%, à 2,9 milliards de DH.

L’opérateur historique des télécommunications, Maroc Telecom, affiche des résultats positifs au titre du premier semestre 2016. En effet, le groupe a généré, à fin juin, des revenus consolidés en progression de 6,1% par rapport à fin juin 2015 pour s’établir à 17,6 milliards de DH. Une hausse portée à la fois par la croissance des activités du groupe au Maroc et à l’international. Ainsi, le chiffre d’affaires des activités au Maroc a confirmé sa croissance entamée depuis le début de l’année, en se bonifiant de 1,7% (-0,5% en 2015), à 10,6 milliards de DH. Une évolution portée par la hausse de 4,1% des revenus des activités Fixe et Internet, à 4,4 milliards de DH, soutenus par l’essor continu de la Data dont le chiffre d’affaires a crû de 7,7%. Toutefois, cette évolution a été limitée par la baisse des revenus du Mobile de -3,1%, à environ 6 milliards de DH dans un contexte concurrentiel qui reste difficile du fait de la poursuite de la baisse des prix et du trafic international entrant. Notons, que l’ARPU mixte s’établit à 60,1 dirhams pour les six premiers mois de 2016, en retrait de 5,4% par rapport à la même période de 2015.

Suivant la même tendance mais à un rythme plus soutenu, les filiales à l’international ont enregistré un volume d’affaires de 7,6 milliards de DH, en progression de 18,2%. Avec ce volume, la part des filiales dans le CA consolidé s’est hissée de 4 points pour atteindre 43% contre 39% au premier semestre 2015. La croissance des revenus des filiales nouvellement acquises se poursuit, avec une performance notable en Côte d’Ivoire et au Niger, et celle des filiales historiques reste soutenue, notamment au Gabon.

Cela étant, dans l’ensemble, le parc d’abonnés de l’opérateur, tous segments confondus, s’est élevé à 53 millions de clients, soit une croissance de 4,4% soutenue par la progression des parcs à l’international de 6,3%. En effet, le parc mobile en Côte d’Ivoire s’est accru de 27,4%, au Niger de 68%, au Bénin de 20,6% et au Gabon de 17,1%. En revanche, le Mali demeure la seule filiale à afficher une baisse de ses abonnés de 15,3% en raison de l’assainissement du parc.

Le bénéfice opérationnel tiré par l’international

Cette performance commerciale a exercé un effet favorable sur le résultat opérationnel consolidé. Il s’est en effet bonifié de 4,7% pour afficher plus de 5,6 milliards de DH. Une évolution expliquée par la hausse de l’EBITA de 1,3% et la plus-value de 297 MDH liée à la cession d’un bien immobilier, qui ont compensé l’alourdissement de 2,3% des charges d’amortissement. Plus en détail, le résultat opérationnel au Maroc s’est établi à 3,8 milliards de DH, en retrait de 3,5%, sous l’effet de la hausse des charges d’interconnexion vers les autres opérateurs et des coûts opérationnels. La marge d’EBITDA baisse de 1,9 pt pour atteindre 36,0%. En revanche, le résultat opérationnel des filiales africaines a marqué une progression de 28%, à 1,7 milliard de DH, grâce à une plus-value de 297 MDH réalisée suite à la cession d’un bien immobilier et à la hausse de l’EBITDA. Ce dernier a profité de la hausse du volume des ventes et de l’amélioration des coûts opérationnels, qui a compensé la hausse des coûts opérationnels, principalement liés à l’accroissement des redevances réglementaires, notamment au Bénin.

Au final, consécutivement à la hausse du résultat opérationnel consolidé, le groupe a dégagé un bénéfice net part du groupe de 2,9 milliards de DH, en hausse de 3,2% par rapport aux six premiers mois de l’exercice dernier, grâce à la croissance du résultat des activités à l’International.

Dans ce sillage, les flux nets de trésorerie opérationnels (CFFO) ont progressé de 17,4% par rapport à la même période de 2015, à 5,5 milliards de DH, du fait essentiellement d’une amélioration de 24% du CFFO au Maroc, qui profite d’un effet de comparaison favorable dû au paiement en avril 2015 de près de 1 milliard de DH pour la licence 4G au Maroc. Enfin, la dette nette consolidée du groupe s’est arrêtée à 16 milliards de DH, en hausse limitée de 4,3% grâce à la forte génération de cash de l’ensemble des activités qui permet de financer le versement de 6,6 milliards de dividendes à l’ensemble des actionnaires du Groupe.

Par ailleurs, sur la base des évolutions récentes du marché et dans la mesure où aucun nouvel événement exceptionnel majeur ne viendrait perturber l’activité du groupe, Maroc Telecom maintient ses prévisions pour l’année 2016, à savoir une stabilité du volume global des ventes, une légère baisse de résultat opérationnel avant amortissement et un CAPEX représentant environ 20% du chiffre d’affaires, hors fréquences et licences.