Les actions Résidences Dar Saada du 1er au 3 décembre au prix de 215 DH

L’introduction en bourse sera réalisée par augmentation du capital social et émission de 5,2 millions d’actions. La société veut renforcer sa réserve foncière et accélérer la réalisation de ses projets en cours. Elle devrait distribuer des dividendes correspondant à  40% de son résultat net à  l’horizon 2017.

Les introductions en bourse dont le marché se faisait écho depuis plus d’une année commencent à se concrétiser. En effet, Résidences Dar Saada, opérateur déjà fortement présent sur le marché de la dette privée, rejoindra la cote casablancaise le 18 décembre prochain. Ses actions seront proposées aux investisseurs à un prix unitaire de 215 DH, sachant que la valeur nominale est fixée à 50 DH et la prime d’émission à 165 DH. L’opération porte sur une augmentation de capital de 1,13 milliard de DH par émission de 5,2 millions d’actions nouvelles, ce qui correspond à 20% du capital du promoteur. Au terme de cette opération, la famille Berrada Sounni devrait garder 55% du capital de la société, dont 41,2% détenus par le Groupe Palmeraie Développement, et 25% des titres seront possédés par d’autres actionnaires dont North Africa Holding Company, Aabar Investments, FCP RMA CAP dynamique, Wafa Assurance et Idraj SCA.

Cette introduction en bourse, dont la période de souscription s’étend du 1er au 3 décembre avec une possible clôture anticipée le 2 du même mois, est structurée en quatre tranches. La 1ère est réservée aux salariés permanents et aux dirigeants avec une part de 4,44% de l’opération, soit 323 558 titres. La 2e, elle, est répartie entre les personnes physiques et morales, marocaines et étrangères avec un plafond de souscription de 232 558 actions, soit une part de 34,56% du montant et 1,81 million d’actions. 35% de l’offre, soit 1,83 million de titres, sont destinés aux OPCVM de la place à l’exception des fonds monétaires, obligataires et contractuels. Le nombre maximum d’actions pouvant être demandées par un même investisseur est de 10% du nombre global d’actions, soit 524 177 actions. Pour les OPCVM diversifiés, le nombre maximum est limité à 5% du nombre global d’actions, soit à 262 088 actions.

Enfin, le dernier type de souscripteurs regroupe les investisseurs institutionnels étrangers et ce, dans une limite de 26% du montant global avec un plafond de 1,36 million de titres.
A travers cette opération, Résidences Dar Saada veut institutionnaliser son tour de table, faciliter le recours à des financements externes, mais aussi disposer des fonds nécessaires pour renforcer sa réserve foncière. La société vise également l’accélération du rythme de production des projets existants. Dans le détail, la compagnie devrait utiliser 730 MDH des fonds levés pour l’acquisition du foncier et le développement en Afrique. Notons que la société a déjà signé, pour 600 MDH, des options d’achat de terrains dans le Grand Casablanca. Le reste, soit 400 MDH, devrait servir à accroître la cadence de production des tranches non encore développées des programmes existants sur les deux prochaines années.

72,6% de la production porte sur les logements économiques

Résidences Dar Saada intervient surtout dans la production de logements économiques, qui représentent 72,6% de l’offre globale à fin juin 2014. Ils englobent aussi bien les habitations à faible VIT dont le prix est fixé à un maximum de 140000 DH, que les logements sociaux à 250 000 DH. Les biens immobiliers de moyen standing représentent 8% et le reste est réparti entre les lots, les villas, les commerces et autres. Par ailleurs, le programme de développement du promoteur qui porte sur les projets réalisés, en construction et en développement, couvre une superficie globale de 713 hectares, correspondant à 70211 unités dont 29% sont déjà réalisés au 30 juin. A côté, la réserve foncière disponible mais non encore affectée à des projets spécifiques s’élève à 254,4 hectares, ce qui porte la superficie totale à 967,3 hectares, et ce, en excluant les terrains faisant l’objet de compromis de vente.

Le groupe affiche des revenus consolidés de 778 MDH à fin juin, en progression de 72% par rapport à la même période de l’année précédente. Cette hausse s’explique par une livraison plus importante des unités de Dar Saada SA suite à l’achèvement des travaux sur de nouvelles tranches de projets. Ainsi, 2 532 logements ont été livrés sur les six premiers mois de cet exercice contre 1838 une année auparavant. Pour sa part, le bénéfice net part du groupe s’est amélioré de 40,6%, à 164,4 MDH, entraînant une marge nette de 21%, en repli de 4,7 points. Il devrait atteindre 664 MDH à l’horizon 2017, soit un taux de croissance annuel moyen de 18,6%, pour un chiffre d’affaires de 2,6 milliards, en croissance moyenne de 12,2% par an. Notons que la part du logement économique devrait se situer à 58% des revenus globaux du promoteur sur la période alors qu’elle est actuellement de 52,1%.

Ainsi, la société serait valorisée à un PER de 11,4 en 2014, soit une valorisation proche des autres sociétés immobilières cotées : 9,3 pour Addoha et 8,1 pour Alliances. S’agissant des dividendes, la société compte adopter une politique régulière de rémunération de ses actionnaires qui tient compte d’un taux de distribution de 40% du résultat net. Ainsi, les dividendes qui seraient versés à la fin de cet exercice s’établiraient à 75 MDH pour atteindre 175,8 MDH en 2017, soit un TCAM de 32,8%. Du coup, le taux de rendement du dividende devrait s’établir à 1,3% en 2014.