Attijariwafa bank confirme la bonne tenue de ses activités

Le dynamisme commercial de la banque a permis au PNB de s’inscrire en hausse de 8,8%. La baisse des taux des bons du Trésor et le redressement de la bourse ont propulsé le résultat des activités de marché de 40,7%. L’alourdissement du coût du risque de 62,6% n’a pas empêché le résultat net part du groupe de croître de 5%.

Bon cru pour le groupe Attijariwafa bank en 2014 malgré un contexte toujours marqué par le ralentissement de l’activité économique et l’aggravation des risques. Sur le plan commercial, l’épargne totale, comprenant aussi bien les dépôts de la clientèle que les encours de la gestion d’actifs et de la bancassurance, a totalisé 356,8 milliards de DH, enregistrant une progression de 13% par rapport à 2013, dont 82% collectés sur le plan national. En face, l’encours des crédits distribués s’est élevé de 1,7% pour s’établir à 255 milliards de DH. Ce qui situe le coefficient d’emploi à 71,5%, en amélioration de près de 8 points sur une année. Ces performances commerciales ont été réalisées grâce à un portefeuille totalisant 7,4 millions de clients. En parallèle, le groupe poursuit sa stratégie d’extension de son réseau de distribution avec l’ouverture de 134 agences, portant le nombre total à 3 331 points implantés dans 23 pays.

Dans ces conditions, le produit net bancaire consolidé s’est hissé de 8,8%, à 19,4 milliards de DH, porté par la croissance de la banque au Maroc (+13%) et à l’international (+8%). Cette performance s’explique par la bonne tenue de la marge sur intérêt avec une progression de 4,2%, à 11 milliards de DH et qui, à elle seule, représente 57% du PNB. Pour sa part, la marge sur commissions a atteint 3,8 milliards de DH, en augmentation de 4%. Cela dit, le résultat des opérations de marché s’est propulsé de 40,7% pour atteindre 4 milliards de DH. Ceci grâce à la baisse tendancielle des taux des bons du Trésor depuis fin 2013 conjuguée à l’amélioration du marché actions. Ce qui a eu pour effet de revaloriser les placements de la banque effectués pour son propre compte. De son côté, le résultat d’exploitation ressort à 11 milliards de DH, en accroissement de 10,2% et ce, en dépit de l’alourdissement des charges d’exploitation de 7%, à 7,7 milliards de DH. Du coup, le coefficient d’exploitation s’est amélioré de 70 points de base pour se situer à 43,7%.

Néanmoins, le groupe pâtit toujours de la montée des impayés consécutivement à la persistance des difficultés financières chez ses clients. Par conséquent, le coût du risque s’est aggravé de 62,6%, à 3 milliards de DH. Ce qui a induit un résultat d’exploitation en quasi-stagnation à 8 milliards d DH.

Cette situation n’a pas empêché Attijariwafa bank d’afficher un résultat net part du groupe de 4,3 milliards de DH, en appréciation de 5%. Compte tenu de ce bénéfice, l’établissement compte distribuer un dividende par action de 10 DH contre 9,50 DH une année auparavant, situant ainsi le taux de rendement du dividende à 2,7%. De plus, la banque bénéficie toujours d’une assise financière solide, appuyée par des fonds propres en croissance de 6,5%, à 40,4 milliards de DH.