Sponsoring sportif : Avis de Moncef Belkhayat, Ancien ministre de la jeunesse et des sports

Moncef Belkhayat : «Le sponsoring n’évolue pas dans le bon sens».

Le sponsoring sportif a commencé il y a une trentaine d’années sous forme de parrainage. A l’époque, les entreprises publiques avaient parrainé des clubs de sport. Ensuite, les entreprises avaient compris que ce système peut apporter un retour sur investissement considérable en termes d’image. A ce propos, Maroc Telecom est la première entreprise et marque à avoir investi massivement dans le sponsoring sportif. IAM sponsorise justement la Botola et plusieurs clubs et fédérations depuis une vingtaine d’années. Méditel (Orange actuellement)avait aussi essayé de s’associer à des grandes figures de sport tel que Hicham El Guerrouj, ou des footballeurs connus. Malheureusement, le sponsoring n’évolue pas dans le bon sens, car les clubs sportifs ne se sont pas transformés en S.A. Beaucoup d’entreprises ne veulent plus mettre de l’argent dans le marketing, tant qu’il n’y a pas de transparence dans la gouvernance des clubs. Personnellement, je connais beaucoup d’investisseurs prêts à mettre de l’argent si les comptes des clubs étaient plus transparents. Pour ce qui est des contrats, il s’agit de contrats de droit privé entre des entreprises privées et des associations. Dans le cas du football, en aucun cas la FRMF ne peut régir ni ces contrats ni leur contenu. Ce qu’elle peut régir, de manière indirecte, c’est l’équilibre financier des clubs, les clauses de fair-play permettant à la fédération de s’assurer de cet équilibre.

A Lire aussi :

Sponsoring sportif : le grand flou.

Sponsoring sportif : Trois questions à Mounir Jazouli, Président du Groupement des annonceurs du Maroc (GAM).