Yves Rocher prime deux agricultrices et une apicultrice

Nawal Ibn Fadil est récompensée pour son projet de culture hors-sol à Médiouna, Malika Mouilek pour son projet d’agriculture bio et saine afin de préserver le sol près de Taroudant et Myriam Idrissi pour son engagement dans le secours des abeilles dans la palmeraie de Skoura près de Ouarzazate.

Créé sous l’impulsion de Jacques Rocher, président d’honneur de la Fondation Yves Rocher, le Prix Terre de femmes récompense, depuis 2009 au Maroc et 2001 dans le monde, des lauréates pour leurs actions et leurs engagements en faveur de l’environnement. Au total, 400 femmes ont déjà été primées dans les 11 pays où le prix est organisé. Au Maroc, la cérémonie de remise des Prix Terre de femmes est organisée chaque année à Marrakech. Un jury d’experts de la protection de l’environnement, du leadership des femmes, ainsi que de partenaires médias, se réunit pour délibérer et attribuer le Prix Terre de femmes. Cette année, Yves Rocher a fêté la 10e édition du Prix Terre de femmes au Maroc.

Le dépôt des candidatures pour l’édition 2019 est ouvert

La première lauréate est Nawal Ibn Fadil, qui a obtenu une dotation de 5 000 euros pour son projet de culture hors-sol à Médiouna près de Casablanca. A travers son association, Nawal permet à des femmes vivant en dessous du seuil de pauvreté d’accéder à l’emploi. Elle a aussi développé des projets de gestion des espaces et de création de jardins potagers grâce à la récupération et au traitement des eaux usées. «Le prix va nous faciliter une autonomisation économique avec la création d’emplois pour les ruraux pauvres, des femmes et des jeunes en particulier. Sur le plan environnemental, nous espérons concevoir des procédés de production optimisés au regard de la consommation en eau et en énergie et soucieux de l’utilisation des déchets (fabrication de compost, traitement écologique des effluents)», déclare Mme Ibn Fadil qui participera au Prix international Terre de femmes à Paris.
Le deuxième prix de 3 000 euros a été octroyé à Malika Mouilek qui développe une agriculture bio et saine afin de préserver le sol près de Taroudant. Le Prix de Terre de femmes permettra à l’association de Mme Mouilek de se lancer dans le projet de la culture des plantes médicinales et aromatiques ainsi que l’argane. Enfin, Myriam Idrissi, une femme au secours des abeilles dans la palmeraie de Skoura près de Ouarzazate, a reçu un prix de 2 000 euros. Son objectif est de sauvegarder le patrimoine naturel de l’oasis en souffrance. «Le prix Terre de femmes va donner encore plus de crédibilité à l’association. Cette reconnaissance est une grande motivation, qui plus est indispensable pour atteindre notre objectif. Sur le plan financier, le prix nous permettra de réaliser une bonne partie de notre jardin des abeilles», témoigne Mme Idrissi. L’appel à candidature est déjà lancé pour le prix Terre de femmes 2019.