MRE : Près de 1,3 million de MRE ont regagné le pays au 24 juillet

Un chiffre en hausse de 5,69% par rapport à la même période de l’année dernière. Tout un dispositif a été mis en place pour doubler la capacité de traitement et optimiser les temps de transit des usagers.

Le nombre de Marocains résidant à l’étranger (MRE) qui ont regagné le pays depuis le démarrage de l’opération Marhaba 2016, du 5 juin au 24 juillet s’élève à 1 284 961. Selon le ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration, «l’opération Marhaba 2016 a connu un afflux important, soit une augmentation de 5,69% par rapport à la même période de l’année précédente». Il en est de même pour le nombre des sorties qui s’est établi à 436 472 personnes avec une augmentation de 2,06% par rapport à la même période de la saison précédente. Le nombre de véhicules a également enregistré une augmentation de 6,93% par rapport à la même période en 2015 en atteignant 180 378 unités à l’entrée contre 50 448 à la sortie, en diminution de 4,87%. Selon les points d’entrée, «le nombre de personnes ayant transité à travers les différents ports du Royaume a atteint 543 510 à l’entrée et 120 249 à la sortie, constituant une hausse, respectivement, de 9,97% et 6,20%», indiquent les équipes du ministère. Le nombre de personnes arrivant à travers les aéroports a atteint 536 953, enregistrant une augmentation de 1,65%, et le nombre de personnes sortant via ce canal est de 230722, avec un accroissement de 1,96% par rapport à la même période de l’année dernière. Quant aux points d’entrée terrestres, ils ont connu l’entrée de 204 498 personnes avec un accroissement de 5,80% et la sortie de 85 501, constituant une baisse de 3%. Ce nombre pourrait augmenter davantage puisque la deuxième phase de l’opération a démarré le 15 juillet et s’étend jusqu’au 15 septembre. Ainsi, selon les prévisions du ministère, les périodes de pic sont souvent enregistrées durant les week-ends du mois d’août. Rappelons que l’opération Marhaba 2015 s’est soldée par un total de quelque 2,8 millions de passagers et plus de 620000 véhicules qui avaient traversé le détroit entre l’Europe et le Maroc. Il est donc prévu que la même tendance se maintienne en 2016.

La tutelle renforce le contrôle des bateaux et de la surveillance maritime

L’opération Marhaba a, au fil des années, connu des améliorations sensibles grâce au niveau des infrastructures portuaires qui se développent davantage et offrent de meilleures conditions d’accueil et du nombre de navires mis en exploitation. Ainsi, au titre de l’opération Marhaba 2016, l’autorité du port Tanger Med a adopté un plan de reconfiguration du port Passagers et Rouliers qui consiste en la réaffectation des quais et zones d’embarquement (voitures/camions), la création de 17 zones d’embarquement, le renforcement de l’ombrage, de l’éclairage, des sanitaires et lieux de restauration, le développement du réseau de signalisation et du système de sonorisation, et la mise en place d’un système de comptage en temps réel des véhicules. Un dispositif a également été mis en place pour doubler la capacité de traitement et optimiser les temps de transit des usagers dans les meilleures conditions de fluidité, de confort et de sécurité. Pour les passagers arrivant au Maroc, les formalités de contrôle (estampillage des passeports) se font à bord des navires pendant la traversée. Les passagers piétons ou d’autocars accèdent au port Tanger Med passagers par le «Tanger Med Port Center», donnant directement accès à la gare maritime. Les contrôles de police et de douane se font au sein de la gare. Un service de navettes intra-portuaire assure le transfert des passagers-piétons directement de la zone de débarquement à la gare maritime. Un service de taxi, autocar et train est mis à la disposition des passagers piétons pour leur transfert vers Tanger. Pour les passagers avec véhicules, une zone d’accès et d’inspection frontalière leur a été dédiée, comprenant 16 aubettes de contrôle de police permettant le traitement de 500 véhicules par heure sans que le passager ne descende de son véhicule, cinq bureaux de contrôle douanier, et un espace de 1 000 m² couverts dédié à la fouille des véhicules. Toujours dans le cadre du renforcement du dispositif d’accueil et de transport des MRE, le ministère de l’équipement, du transport et de la logistique a adopté un ensemble de mesures, en l’occurrence le renforcement du contrôle des bateaux et de la surveillance maritime, ainsi que l’élaboration d’un plan de flotte Marhaba 2016. Ce plan fixe des lignes maritimes à courte distance (Tanger Med-Algésiras, Tanger Med-Motril, Tanger Ville-Tarifa, Nador-Alméria, Nador-Motril, Al Hoceima-Motril), desservies par 24 navires, et à longue distance (Tanger Med-Barcelone-Livourne, Tanger Med-Barcelone-Gênes, Tanger Med-Barcelone-Sète, Nador-Sète), desservies par cinq navires. A ces mesures s’ajoute aussi la création d’une nouvelle compagnie maritime marocaine baptisée «Africa Morocco Link» (AML), dans le cadre d’un partenariat entre le Groupe BMCE Bank et un groupe professionnel. Cette nouvelle compagnie dessert depuis début juin la liaison maritime Tanger Med-Algésiras, avec un premier ferry baptisé «Le Diagoras», d’une capacité de 1 135 passagers et 280 voitures. Deux autres ferrys sont également entrés en activité en ce mois de juillet pour desservir la même ligne.

Pour accompagner l’intensité du trafic maritime et aérien enregistré régulièrement à l’occasion de l’Opération Marhaba 2016, la Fondation MohammedV pour la Solidarité a aménagé 17 espaces d’accueil. Il s’agit des aires de repos de Tanger-Méditerranée, Taourirt, Tazaghine et Jabha, ainsi que des sites d’accueil des ports de Tanger-Med, Nador et Al Hoceïma, des entrées de Bab Sebta et Bab Mellilia et des aéroports de Casablanca Mohammed V, Oujda-Angad, Agadir-Al Massira et de Fès-Saïss. Dans ces espaces, près de 500 assistantes sociales et plus de 260 médecins, cadres paramédicaux et volontaires sont au service et à l’écoute des Marocains résidant à l’étranger, et sont mobilisés pour les assister et leur fournir les secours nécessaires.