Enseignants contractuels : Le ministère de l’Intérieur hausse le ton

Le ministère de l’Intérieur a affirmé qu’il fera face « avec fermeté » à toutes les pratiques qui violent la loi et menacent la sécurité et l’ordre publics.

Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur réaffirme sa fermeté à faire face à toutes les pratiques qui violent la loi et menacent la sécurité et l’ordre publics.

Le gouvernement a réagi de manière « positive » aux différentes revendications exprimées par les cadres des académies, ajoute le communiqué. Pourtant, ajoute la même source, « il a été constaté que ces derniers persistaient dans leur logique du rejet en augmentant le rythme des actions de protestation, de manière disproportionnée par rapport aux réponses apportées par le gouvernement ».

« Le gouvernement a été contraint d’interdire la tenue d’un sit-in nocturne sur la voie publique », précise la même source. A cet égard, la « Coordination nationale des enseignants contractuels » a tenté, d’organiser un sit-in nocturne dans la ville de Rabat dans la nuit du 23 mars, rappelle le ministère, notant que l’autorité locale et les forces de sécurité ont mené un dialogue direct avec les concernés.

Ainsi, poursuit le ministère, l’autorité locale a proposé que la wilaya de la Région mette à leur disposition 50 autocars pour assurer leur transport jusqu’à leurs villes respectives. Elle leur a également proposé d’aménager un espace d’hébergement. Ces offres ont été rejetées par les manifestants qui étaient déterminés à passer la nuit sur la voie publique, souligne le communiqué.

Au terme du dialogue et des mises en garde légales, les forces publiques ont décidé de mettre fin au sit-in par l’utilisation des canons à eau et la dispersion des manifestants. Selon le ministère de l’Intérieur, certains manifestants  ont procédé à des jets de pierres et de bouteilles, blessant 21 policiers et 05 éléments des Forces auxiliaires.

(Avec MAP)