Détenus mineurs : Des programmes de formation professionnelle pour une réinsertion réussie…

Les prisons marocaines comptent aujourd’hui 83 000 détenus. Selon un récent rapport de l’Observatoire Marocain des Prisons, plus des deux tiers des prisonniers marocains sont âgés de 21 à 40 ans.

Et moins de 2% d’entre eux sont des mineurs à qui il faut assurer une réinsertion scolaire mais aussi professionnelle après leur libération. En plus des programmes de scolarisation de l’association «Mama Assia», de son côté la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus a mis en place des programmes de réinsertion socioprofessionnelle des détenus en partenariat avec la délégation générale de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion. C’est un programme à multiples composantes qui porte sur la formation professionnelle, l’enseignement et l’alphabétisation. Ce qui permet d’avoir des activités culturelles et sportives, la préparation à la vie post-carcérale et aussi la mise en place d’un projet de vie individuel. Dès le début de sa détention, le prisonnier est pris en charge par le service de préparation à la réinsertion. Il est suivi à l’intérieur de la prison et accompagné pour la réalisation de son projet de vie. Ainsi, dès son arrivée en milieu carcéral, le mineur détenu sera informé sur ses droits et ses devoirs. Ensuite, les responsables du programme tentent d’établir avec le jeune une relation de confiance et positiver sa détention. Ensuite, il sera pris en charge par le centre d’accompagnement post-carcéral, une unité indépendante de la prison. Cette cellule valide son projet de réinsertion et le soutient pour réussir sa réalisation. A cette étape, l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi et des compétences et la Fondation Banque Populaire pour le micro-crédit assurent un accompagnement pour la recherche du travail et le financement des micro projets.
Le centre assure le suivi des détenus et de leurs projets jusqu’à ce qu’ils deviennent aptes à réintégrer la vie en société.
Pour mener ces programmes intégrés de réinsertion socioprofessionnelle, la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus a conclu des conventions de partenariat avec l’OFPPT et les ministères de l’education nationale, de l’emploi et de la formation professionnelle, de l’agriculture et de l’artisanat. D’autres conventions sont établies avec les départements de la culture, de la santé et des sports. Enfin, il faut signaler que la Confédération générale des entreprises du Maroc est aussi engagée dans la réinsertion des détenus notamment via la sensibilisation des entreprises.

A Lire aussi :

Détenus mineurs : le laborieux chemin de la réinsertion.