Rôle du médecin, du pharmacien et de l’analyste biologiste dans la lutte contre le dopage sportif

L’objectif est de garantir la santé des athlètes, l’éthique du sport et la validité
de la performance sportive.

La lutte contre le dopage sportif au Maroc a constitué une des principales thématiques choisies par l’Unité de formation et de recherche (UFR) de la pharmacologie et de la toxicologie de la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Rabat, pour ses premières journées scientifiques, tenues les 30 et 31 octobre dernier. Cette rencontre a été l’occasion d’insister sur le fait que la lutte contre le dopage vise à garantir la santé des athlètes,  l’éthique du sport et la validité de la performance sportive. Pour cela, la collaboration de tous les professionnels de santé est indispensable, et particulièrement le médecin comme le pharmacien qui doivent se conformer à leurs principes déontologiques pour prévenir les utilisations à visée non thérapeutique des médicaments. Ils doivent aussi connaître la liste actualisée de tous les produits et procédés dopants pour mieux contrôler leur usage.
Le rôle de l’analyste est fondamental. Il doit être très bien équipé et bien formé pour la réalisation et l’interprétation de toutes les  analyses antidopage, dont les  résultats ont une valeur légale. Il est important de signaler que la lutte contre le dopage sportif au Maroc est régie par la loi n° 51-08, qui vise la prévention et la lutte contre la pratique du dopage dans le sport, la préservation de la santé des sportifs et l’interdiction de pratiques portant atteinte au respect de l’éthique et des valeurs morales du sport. Et en matière de lutte contre le dopage, le Maroc s’est engagé, depuis la ratification de la convention de l’UNESCO, le 1er juin dernier, avec le lancement d’un projet de création du laboratoire national de contrôle antidopage. Pour le Dr Abouali Fatima, chef de service de médecine du sport et du contrôle antidopage  au ministère de la jeunesse et du sport, le déroulement du contrôle antidopage obéit à des standards internationaux: la notification des sportifs, la préparation et l’exécution  de la phase de prélèvement des échantillons, la sécurité  post-contrôle et enfin le transport des échantillons et de leur documentation.