Que faire devant un abcès post-vaccinal ?

Les abcès post-vaccinaux se manifestent dans un délai pouvant aller jusqu’à  deux mois après la vaccination.

Suite à l’importante médiatisation des abcès locaux survenus chez des enfants vaccinés par le vaccin DTC-HIB à Casablanca, le Centre marocain de pharmacovigilance (CMPV) a reçu un nombre non négligeable de notifications d’abcès post-vaccinaux. Et pour tous les professionnels de la santé au Maroc, le CMPV fait une mise au point sur les différents types d’abcès post-vaccinaux. Les réactions locales les plus fréquemment observées chez les enfants après la vaccination, sont les douleurs, les rougeurs ou la tuméfaction au point d’injection qui disparaissent spontanément, sans laisser de séquelles. L’abcès  post-vaccinal est une réaction locale exceptionnelle, sauf après la vaccination par le BCG dont la fréquence d’apparition est de l’ordre de 0,67 à 1,23/1000 vaccinés. Généralement, les abcès post-vaccinaux se manifestent dans un délai pouvant aller jusqu’à deux mois après la vaccination. Le CMPV rappelle qu’il y a deux types d’abcès post-vaccinaux. L’abcès infectieux, dû à un germe pathogène, qui peut apparaître au bout d’une semaine et qui est provoqué par l’utilisation d’une aiguille ou d’une seringue non stérile, d’une mauvaise technique d’injection ou l’injection du vaccin en dehors du muscle. Et, il y a l’abcès stérile, qui est de type inflammatoire. C’est une réaction d’hypersensibilité retardée provoquée par un ou plusieurs ingrédients du vaccin.
Quelles sont alors les recommandations du CMPV ? Pour les abcès stériles qui se voient le plus souvent avec le vaccin BCG, l’évolution se fait dans la quasi-totalité des cas vers la guérison spontanée au bout de quelques mois. Aucun traitement antituberculeux ou antibiotique par voie locale ou générale n’a fait la preuve de son intérêt. Le bain et la douche sont autorisés dès le jour de la vaccination et quel que soit l’aspect de la réaction locale. En revanche, les baignades en piscine ou à la mer sont à proscrire en présence d’ulcération ou d’écoulement au site d’injection. De même, il est recommandé en cas d’abcès post-vaccinal, de le laisser à découvert en l’absence d’ulcération ou d’écoulement ou d’y appliquer un pansement sec dans le cas contraire et, afin de faciliter la cicatrisation, d’envisager, si nécessaire, son incision si sa taille excède 3 cm ou s’il entraîne une gêne fonctionnelle.