Projet de loi sur la profession de prothésiste : les dentistes applaudissent

Plus de 3300 faux médecins dentistes exercent dans le pays.

Le gouvernement a élaboré un projet de loi n° 25-14, visant la protection de la pratique légale et réglementée de l’exercice des professions des préparateurs et manipulateurs des produits de santé y compris celle des prothésistes dentaires au Maroc, n’a pas l’air de plaire aux «dentistes informels». Ils ne se sont pas fait prier pour attaquer ce texte dont ils réclament la modification de certaines dispositions, arguant que leur corporation «a une légitimité historique, dans la mesure où bon nombre d’entre eux ont appris et hérité le métier de leur père et ceci bien avant la création de la Faculté de chirurgie dentaire au Maroc».
A rebours de cette position, l’Ordre national des médecins dentistes ne cache pas sa satisfaction. Il est d’avis que le projet devrait apporter une solution à la problématique de l’exercice illégal de la médecine dentaire au Maroc, présentant de gros dangers pour la santé des citoyens. Selon l’ordre, les 3 300 «faux médecins dentistes» qui exercent dans le pays font courir de gros risques à leurs patients, entre autres des maladies infectieuses et contagieuses pouvant entraîner de lourds handicaps et même la mort.

Ce projet de loi, adopté par la Chambre des représentants et en discussion chez les conseillers, est une réponse à leurs revendications. Le législateur détermine ainsi les compétences des prothésistes dentaires qui doivent travailler uniquement sur prescription et sous l’encadrement et la responsabilité d’un médecin. Ils doivent également être titulaires d’un diplôme ou d’une licence d’une filière spécialisée. Il est à noter qu’actuellement peu de prothésistes disposent d’un diplôme et s’improvisent souvent prescripteurs. Un gros nettoyage en vue.