Venezuela : « Nous souhaitons rétablir nos relations avec le Royaume du Maroc »

« Concernant la question du Sahara, nous souhaitons soutenir le processus de règlement de ce différend régional dans le cadre de l’ONU » a assuré, lundi 28 janvier 2019 à Caracas, Manuel Avendano, conseiller en affaires étrangères de l’Assemblée nationale vénézuélienne (Parlement), unique organe contrôlé par l’opposition.

Le gouvernement du Venezuela, conduit par le président par intérim Juan Guaido, oeuvrera à rétablir les relations diplomatiques avec le Maroc, suspendues sous le régime de Nicolas Maduro, a assuré, lundi 28 janvier 2019 à Caracas, Manuel Avendano, conseiller en affaires étrangères de l’Assemblée nationale vénézuélienne (Parlement), unique organe contrôlé par l’opposition.

« Nous souhaitons rétablir nos relations avec le Royaume du Maroc« , a indiqué Manuel Avendano dans une déclaration à la MAP. Le souhait de « rétablir et d’approfondir » les relations entre Caracas et Rabat est mû par les dénominateurs communs et les échanges culturels et économiques qu’entretenaient les deux pays par le passé, a-t-il précisé.

« La position du régime de Nicolas Maduro concernant le Royaume du Maroc n’a pas été bénéfique pour les deux pays. Il y a eu des actions et une rhétorique qui ont éloigné les deux pays », a constaté cet expert.

« Ceci va changer sous le gouvernement Guaido », a promis Avendano, en relevant que son pays veut tourner la page de vingt ans de « chavisme » et de « madurisme » pour adopter ses propres positions concernant les questions diplomatiques.

S’agissant de la question nationale, M. Avendano, membre du parti Voluntad Popular, dont est issu le président par intérim, a indiqué que le gouvernement Guaido soutiendra le processus politique mené sous l’égide des Nations Unies en vue de parvenir à une solution pacifique et mutuellement acceptable à ce différend régional.

« Concernant la question du Sahara, nous souhaitons soutenir le processus de règlement de ce différend régional dans le cadre de l’ONU », a-t-il dit, en plaidant pour « une solution pacifique et acceptable à ce conflit ».

Revenant sur la situation actuelle dans son pays, M. Avendano a relevé que M. Guaido a été reconnu en tant que président par intérim légitime par une bonne partie de la communauté internationale, contrairement à Maduro, qui tente d’usurper et de se maintenir au pouvoir.

« Le 10 janvier, Maduro a tenté de se maintenir au pouvoir et d’entamer un nouveau mandat à l’issue d’élections non reconnues », a-t-il rappelé, en évoquant les événements ayant conduit à l’auto-proclamation de M. Juan Guaido en tant que président par intérim du pays, en vertu de la Constitution.

« Au volet diplomatique nous cherchons à obtenir plus de soutien, mais contrairement au régime de Maduro, nous le faisons dans le cadre de la constitution du Venezuela », a ajouté le conseiller.

La reconnaissance internationale est importante pour favoriser le retour de la démocratie au Venezuela, a indiqué l’expert en relations internationales, avant d’ajouter que le gouvernement Guaido souhaite « obtenir la reconnaissance du Royaume du Maroc ».

Pour ce qui est des aspirations du gouvernement Guaido pour le Venezuela, M. Avendano a indiqué que « les Vénézuéliens souhaitent reconstruire leur pays », en ajoutant: « Nous avons vécu 20 ans de cauchemar. Le chavisme est un mensonge ».

« Le Venezuela souhaite s’ouvrir sur tous les pays dans le monde, rétablir le système constitutionnel et restaurer la loi », a-t-il conclu.

(Avec MAP)