Marrakech, capitale mondiale de la migration

Marrakech sera la destination des hauts responsables mondiaux, entre le 10 et 11 décembre, pour adopter le premier cadre de référence en matière des politiques migratoires : “le pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières”.

Du 10 au 11 décembre, des chefs d’Etats, des diplomates et de hauts responsables du monde entier sont attendus à Marrakech. La raison ? La ville ocre va abriter la conférence intergouvernementale des nations unies sur la migration. Un événement qui ambitionne d’adopter le premier cadre de référence, à l’échelle mondiale, en matière des politiques migratoires. Il s’agit du “pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières”, qui vise à atteindre 23 objectifs et est structuré sur 10 principes directeurs.

Sur les 192 pays invités à la conférence, les deux tiers ont confirmé leur présence, à cinq jour du début des travaux. A l’exception des Etats-Unis, qui n’a pas participé aux travaux d’élaboration du document en question, d’autres pays ont annoncé leur désistement après avoir donné leur accord de confiance en juillet dernier. Il s’agit d’Israël, l’Australie, la Croatie, l’Autriche, la Pologne, la Hongrie, l’Italie, L’Estonie et la République Tchèque. Pour la majorité d’entre eux, ce pacte menace leur souveraineté nationale.

Dans ce sens, Il est à noter que le pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulière est “un cadre de coopération juridiquement non contraignant”. “Il favorise la coopération internationale en matière de migration entre tous les acteurs compétents, sachant qu’aucun État ne peut gérer seul la question des migrations, et respecte la souveraineté des États et les obligations que leur fait le droit international”, lit-on dans le préambule du document en question.

Reposant sur les buts et principes consacrés par la Charte des Nations Unies, le pacte entend permettre aux réfugiés et aux migrants de jouir des mêmes libertés fondamentales et droits de l’homme universels, qui doivent être respectés, protégés et exercés en toutes circonstances.

Nuançant, sur le plan juridique, entre migrants et réfugiés, dans la mesure où ces derniers ont un statut particulier, le pacte de Marrakech met particulièrement le point sur la situation des migrants. Il institue un cadre de coopération portant sur tous les aspects des migrations.