Les principales dates d’un parti appelé PAM

Fouad Ali El Himma est élu député (SAP) de Rhamna. Sa liste, sur laquelle figurent également Hamid Narjiss et Fatiha Layadi, a remporté le plus grand nombre de voix lors des législatives.

7 Septembre 2007 : Fouad Ali El Himma élu député de Rhamna 
Fouad Ali El Himma est élu député (SAP) de Rhamna. Sa liste, sur laquelle figurent également Hamid Narjiss et Fatiha Layadi, a remporté le plus grand nombre de voix lors des législatives.

Octobre 2007 : le groupe Authenticité et modernité naît avec 36 députés
Les trois députés de Rhamna ont réussi à fédérer autour d’eux les élus de 7 autres formations politiques. Le groupe parlementaire «Authenticité et modernité» voit ainsi le jour. Il compte 36 députés dont 27 appartiennent aux 7 partis qui se sont alliés pour constituer le groupe. Le groupe s’est vu confier la présidence de la commission des affaires étrangères, présidée par Fouad Ali El Himma.

17 janvier 2008 : Appelez-moi MTD
Un groupe de citoyens lance une initiative pour un mouvement de tous les démocrates indépendamment de leurs appartenances partisanes. Le MTD est né et prend forme d’une association. Parmi ses fondateurs : Ahmed Akhchichine, Salah El Ouadie, Khadija Rouissi, Fouad Ali Al Himma, Mohamed Cheikh Biadillah, Hakim Benchammass, Habib Belkouch et Hassan Benaddi.

7 août 2008 : PAM+5 partis = PAM
Six partis politiques décident de fusionner dans une seule entité, le PAM. Il s’agit du Parti national démocrate (PND) d’Abdellah El Kadiri, d’Al Ahd de Najib Ouazzani, du Parti de l’environnement et du développement (PED) d’Ahmed Alami, de l’Alliance des libertés (ADL) de Ali Belhaj et de l’Initiative citoyenne pour le développement (ICD) de Mohamed Benhammou, dont les députés font déjà partie du groupe parlementaire «Authenticité et modernité».

11 septembre 2008 : Abdellah Kadiri quitte le navire
Abdellah Kadiri (PND) se retire du PAM. Il parvient après une bataille juridique à créer un nouveau parti : le PDN. Il sera suivi cinq mois plus tard par Najib Ouazzani (Al Ahd) et Ahmed El Alami (PED). Ces derniers créeront Al Ahd Addimocrati et le Parti de l’environnement et du développement durable (PEDD). Aux dernières législatives, le PDN a disparu des écrans radar, Al Ahd et le PEDD ont remporté deux sièges.

19-21 septembre 2008 : baptême électoral
Le PAM tente son baptême électoral. Il participe aux législatives partielles, mais ne remportera qu’un seul siège, celui de Tiznit qu’il détenait déjà. Deux de ses dirigeants, Salah El Ouadie et Habib Belkouch, n’ont pu décrocher leur siège malgré le nombre appréciable de voix qu’ils ont obtenus.

28 septembre 2008 : le grand amour avec le RNI
Le PAM tente un rapprochement avec le RNI. Les deux partis ont créé le groupe parlementaire : «Rassemblement et modernité». Le groupe compte 39 députés du RNI et 36 du parti Authenticité et modernité, soit un total de 75 députés. Il dépasse de loin celui du parti du Premier ministre, l’Istiqlal (52 sièges).
20-22 février 2009 : Premier congrès du PAM
Le PAM  tient son premier congrès à Bouznika. 5 000 congressistes ont été invités à mettre en place les structures du parti. L’USFP et le PJD n’ont pas été invités à l’événement.
29 mai 2009 : soudain, le passage à l’opposition
A la veille des élections communales, le PAM retire son soutien au gouvernement et rejoint l’opposition. Les groupes parlementaires «Rassemblement et modernité» sont dissous. Le PAM renforce le clan de l’opposition avec un groupe de 55 députés.

12 juin 2009 : la razzia des communales
Le PAM participe à ses premières élections locales. Il présente 16 793 candidats et remporte 6 032 sièges, soit 21,72% des sièges à pourvoir. Le PAM devient la première force politique à l’échelle locale. Il présidera 369 communes, soit 23,68%.

13 octobre 2009 : contrôle de la 2e chambre
Mohamed Cheikh Biadillah, secrétaire général du PAM, est élu président de la deuxième Chambre. Une partie de la majorité de Abbas El Fassi a voté pour lui.
 
15 mai 2011 : Fouad Ali El Himma se met en stand by
Fouad Ali El Himma annonce sa démission des deux commissions qu’il préside au sein du parti, le comité de suivi et la commission nationale des élections.

Fin octobre 2011 : le G8 se prépare aux élections
Menées par le PAM et le RNI, huit formations politiques, dont l’UC et le MP, créent l’Alliance pour la démocratie en vue d’un futur front post-électoral uni. L’alliance ne tiendra pas. Après les élections, UC et MP proposeront leurs services au PJD.

25 novembre 2011 : 4e force politique à l’issue des législatives
Le PAM participe aux élections législatives. Il a couvert 81 circonscriptions (sur 92) et remporté 47 sièges. Il est classé 4e force parlementaire.

7 décembre 2011 : Fouad Ali El Himma s’en va
Fouad Ali El Himma démissionne du PAM après avoir été nommé conseiller du Roi.