Le Maroc, premier pays « Partenaire pour la démocratie locale » du Conseil de l’Europe

Le Maroc est devenu, mardi, officiellement le premier pays « Partenaire pour la démocratie locale » du Congrès des Pouvoirs Locaux et Régionaux (CPLR) du Conseil de l’Europe, assemblée pan-européenne d’élus territoriaux de 47 Etats membres.



Le protocole d’accord a été signé en marge de la 36-ème session du CPLR, juste après le vote en plénière de la résolution en faveur de l’octroi au Royaume de ce statut qui offre aux pays du voisinage du Conseil de l’Europe un cadre privilégié de dialogue et de contacts institutionnels avec leurs homologues européens.

Le Maroc est le premier pays de la rive sud de la Méditerranée à avoir formulé une demande d’adhésion à cette instance pana-européenne. Il s’engage à travers ce statut à continuer à développer son processus de décentralisation et de régionalisation.

La demande marocaine a été adressée le 30 mai 2018 à la présidence du CPLR par le ministre de l’Intérieur, le président de l’Association marocaine des présidents des conseils communaux (AMPCC) et le président de l’Association des Régions du Maroc (ARM).

Elle avait été approuvée le 18 juin 2018 par le Bureau du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe, avant d’être confirmée lors de cette 36e Session du Congrès qui se tient cette semaine au siège du Conseil de l’Europe à Strasbourg sous le thème annuel « Des maires pour la sauvegarde de la démocratie ».

En vertu de la résolution votée avec effet immédiat, la délégation marocaine se voit attribuer 6 sièges de représentants et 6 sièges de suppléants au sein de cette instance pan-européenne représentant les autorités locales et régionales des 47 États membres du Conseil de l’Europe et qui compte plus de 200.000 collectivités locales et régionales.

Les membres de la délégation marocaine pourront ainsi siéger aux côtés de leurs homologues du Congrès et contribuer aux débats en session, sans droit de vote, ainsi qu’à ses travaux en commissions de monitoring, des questions d’actualité et de la gouvernance.

(Avec MAP)