Les juges aussi ont le sens de l’humour
2 janvier 2018
Fadel Boucetta (422 articles)
Partager

Les juges aussi ont le sens de l’humour

les juristes sont dotés également d’un solide sens de l’humour, comme en témoigne, par exemple, l’écriteau saugrenu que l’on trouve aux Etats-Unis, au sommet de l’Empire State Building, apposé sur les barrières de sécurité: «Il est interdit de sauter» (le bâtiment fait 400 mètres de haut). «Violators will be prosecuted», en français cela ne signifie pas que les violeurs seront persécutés, mais que les contrevenants seront poursuivis.

On sait que «les voies du Seigneur sont impénétrables». Celles de la justice au Maroc également, qui peuvent en dérouter plus d’un. Récemment, un quartier populaire de Casablanca a vécu une journée mémorable. En milieu de matinée, un huissier de justice se présente au domicile d’une famille pour lui notifier une décision d’expulsion. Rien à voir avec un guet-apens : la procédure était en cours depuis des années, les intéressés avaient commis trois avocats tout le long des audiences, et l’expulsion était parfaitement fondée et justifiée, car, d’une part, le propriétaire souhaitait réaliser une affaire immobilière sur son terrain, plus ou moins illégalement squatté depuis des années, d’autre part, les occupants ne payaient aucun loyer, tirant leur légitimité de leur ancienneté sur place. Rapidement éconduit assez abruptement, l’huissier n’avait d’autre choix que de revenir accompagné des forces de l’ordre. Comme on dit, en toute situation, force doit revenir à la loi. Seulement voilà que l’une des résidentes visées par l’expulsion monta sur le toit de la bâtisse (tout au plus un étage), menaçant de se suicider si on la forçait à l’expulsion. Nos braves policiers, qui ont le sens de la mesure, décidèrent de surseoir à l’expulsion et de quitter les lieux.
Peu de temps après, la dame qui était montée sur le toit reçut une convocation du Tribunal de première instance. Elle comparut alors en audience correctionnelle, poursuivie par le parquet pour «obstruction à l’exécution d’une décision de justice, rébellion et outrage à fonctionnaires de police dans l’exercice de leur mission»…sans oublier le désormais fameux «mise en danger de la vie d’autrui». Les tribunaux ont pour mission d’appliquer les lois votées par le législateur, celui-ci étant l’émanation de la Nation. Donc les lois aussi émanent de la volonté populaire. Menant l’enquête durant l’audience, le président essaya de comprendre le déroulement des faits. Et expliqua à la dame bien des choses, en une véritable leçon de morale et de citoyenneté. Il commença par lui faire admettre qu’elle avait des arriérés de loyer qui s’accumulaient, et que, donc, l’expulsion était inévitable ; ce qu’elle admit en toute bonne foi, ajoutant qu’elle n’avait nulle part ailleurs où aller, étant veuve et sans emploi.

Certes, compatit le président, mais le propriétaire, lui, qui paie des charges et des impôts, est parfaitement fondé à réclamer son dû, ce qu’il a fait, au moyen des voies légales et officielles. Mais de toutes les façons, poursuit-il, là n’est pas notre propos, mais plutôt l’attitude hostile envers les policiers, qui ne faisaient que remplir leur mission. Et d’ailleurs, où irait-on, ajouta-t-il, si tout le monde commençait à s’opposer de manière violente aux décisions de la justice ? On ne menace pas les forces de l’ordre, conclut-il en donnant la parole au parquet pour ses réquisitions. Qui, comme d’habitude, tendaient vers un emprisonnement ferme de quelques mois. L’affaire étant entendue, la Cour décida de se retirer pour délibérer. Mais auparavant le président fit une dernière remarque, concernant la menace de suicide. Cet acte, dit-il, est réprouvé par la religion musulmane, et donc ne doit plus être envisagé. Ceci étant, si chacun conserve le contrôle de sa vie, et demeure libre d’en faire ce qu’il veut, il n’est pas admissible de se jeter du haut d’un immeuble…au vu des dégâts que cela pourrait causer à autrui ! On le voit, les juristes sont dotés également d’un solide sens de l’humour, comme en témoigne, par exemple, l’écriteau saugrenu que l’on trouve aux Etats-Unis, au sommet de l’Empire State Building, apposé sur les barrières de sécurité : «Il est interdit de sauter» (le bâtiment fait 400 mètres de haut) ; «Violators will be prosecuted», en français cela ne signifie pas que les violeurs seront persécutés, mais que les contrevenants seront poursuivis. Ou ce qu’il en reste, après un vol plané assez rapide ! Notre dame, quant à elle, s’en tirera avec un simple rappel de la loi.

Et bonne et heureuse année à toutes et tous les fidèles lecteurs de La Vie éco, en priant Dieu que 2018 soit une bonne année pour tout le monde.