Casa FM new look : quatre mois après ses débuts, elle fait un tabac
17 novembre 2006
Jaouad Midech (648 articles)
Partager

Casa FM new look : quatre mois après ses débuts, elle fait un tabac

Juillet 2006, Casa FM fait peau neuve : quatre mois après, c’est la radio la plus écoutée à Casablanca.
De 6h à minuit, émission matinale, talk shows, musique, divertissement,
avec pour credo la proximité et le direct.
Originalité : aller au marché tous les jours pour communiquer
sur les prix et la disponibilité en produits alimentaires.

C’est la révélation de la vague de radios libres dont la première série, autorisée par la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), a démarré ses programmes en juillet dernier. Il s’agit de Casa FM nouvelle version, qui émet en modulation de fréquence sur 103,1MHZ. La station n’est pas nouvelle puisqu’elle a émis sur la même fréquence depuis le milieu des années 1980. C’est l’Ofec (Office des foires et expositions de Casablanca) qui l’exploitait depuis 1987 en vertu d’une convention passée avec la RTM. La direction de la régie publicitaire, en était confiée à New Publicity, agence de Kamal Lahlou.

Depuis début juillet, nouvelle programmation, nouveau concept, nouvelle équipe de journalistes animateurs triés sur le volet. C’est le même Kamal Lahlou qui en a pris les rênes. Kamal Lahlou, un mordu de sport et fan des médias puisqu’il a lui-même fait ses premières armes comme journaliste à la RTM, en a pris la tête pour la chambouler, complètement et avec bonheur.

A concept nouveau, équipe nouvelle
Le nouveau concept ? «Il est simple et clair comme de l’eau de roche, celui-là même que j’ai exposé devant les responsables de la Haca le jour où j’ai subi le grand oral : une radio de proximité, proche des auditeurs et de leur vie quotidienne, et en interaction permanente avec eux. Les Marocains sont saturés de radios langue de bois, insipides et ennuyeuses», explique le patron de New Publicity.
En quatre mois de diffusion, les résultats sont probants, la station cartonne même : deux sondages réalisés par LMS et Creargie la classent première parmi ses paires au niveau de l’audimat, devant radio 2M, radio Sawa, la RTM… et, surtout, devant Medi 1 qui a pourtant sur elle une avance de 25 ans. Les quelques critiques distillées à son encontre ont fait long feu : «Les Marocains ont une fâcheuse culture de la jalousie», confie M. Lahlou, poursuivant : «Cette radio n’a pas de prix pour moi, ma satisfaction n’est pas matérielle mais de voir éclater les talents d’une équipe d’animateurs qui se surpassent pour réussir le concept».

Casa FM démarre ses émissions, toutes en direct, à 6 h du matin. Elles ne prennent fin qu’à minuit. Petit aperçu. On est lundi 30 octobre, 6 h 30. Nabil et Bouchra sont devant leurs micros pour animer leur rendez-vous matinal quotidien: Sabah El Khair Biladi (bonjour mon pays). Une émission «morning» interactive qui dure aujourd’hui trois heures, entrecoupée de flashs info et de musique, pendant laquelle le duo tient compagnie aux éditeurs autour du thème choisi. Ce matin-là, c’est le respect de l’environnement. Les auditeurs sont intarissables et le standard est submergée d’appels téléphoniques. «Allo, j’habite au premier étage d’un petit immeuble au centre-ville de Casablanca. Je souffre du comportement incivique, je dirai même ingrat, de la part de mon voisin du troisième étage : tous les matins, il nous balance d’en haut ses ordures, comme si nous étions sa poubelle. Des peaux de bananes, des mégots, des bouteilles en plastique vides, des paquets de cigarettes vides. Que dirai-je encore ? Une fois, il nous a jeté un sachet plein de bouteilles de vin vides, je n’en suis pas revenue». La voix est féminine, la dame qui s’exprime est hors d’elle, elle veut alerter les auditeurs. Et de fulminer d’une voix indignée : «Si vous voyez ce voisin, vous tomberez des nues : il vous séduira par ses costumes et ses cravates, et son français quand il parle, mon Dieu !» Et Nabil (Nab), de sa voix de stentor, moitié français moitié dialectal, de commenter : «Oh la la la la!, quelle honte ! Vous avez raison madame, les apparences sont trompeuses. Comme dit le proverbe: “vous, astiqués de l’extérieur, comment êtes-vous de l’intérieur?”».

D’autres sujets ont été débattus, les Casablancais sont friands des thèmes de la vie quotidienne : pollution, klaxons, mariage, célibat, mauvais œil, karkoubi… Sabah El Khair Biladi a rencontré un tel succès qu’elle est passée de une à trois heures. Et Nab, Nabil Bennani, le producteur et animateur de l’émission, appelle à la rescousse Bouchra Lazrak, une férue de musique qui anime une émission de jazz chaque vendredi soir (de 22 h à minuit), avec laquelle il forme un duo de choc, plein de complicité, qui officie tous les matins sur Casa FM.

Architecte de profession, journaliste à ses heures perdues, Bouchra ne cache pas sa passion pour la radio. «Le direct me fascine encore plus. Me lever à 5 heures du matin pour venir au studio écouter les auditeurs, sans distinction d’âge, de sexe ou de classe, est une joie pour moi. J’ai été comblée le jour où un auditeur a comparé notre émission à un Parlement où il peut désormais s’exprimer». Nab, lui, a fait ses premières armes dans la publicité avant d’animer sa première émission télé à la TVM en 1998, à l’occasion de la Coupe du monde. Mais c’est la radio qui l’attire comme un aimant. Et pour cause : sa voix est forte et il sait la capitaliser, dans la «joie de vivre» comme il dit. «Animer ne signifie rien d’autre que créer la vie autour de soi, et c’est ce que j’essaie de faire». Et s’il n’hésite pas à manifester sa sympathie pour l’auditeur, à lui faire bon accueil, il évite toute familiarité. «La familiarité, ça risque de virer au débordement».
Nabil produit par ailleurs une autre émission, Radio mômes, à travers sa boîte Get one production, émission animée par Mustapha El Gordi, et où peuvent s’exprimer les petits auditeurs tous les dimanches entre 13 et 15 h.

Mercuriale et petites recettes
9 h 30, Soumia Kraimou et Kalid Nizar prennent le relais de Bouchra et Nabil pour animer respectivement (et en parallèle) Laki sayidati (A vous madame) et Aïn ala essouk (un œil sur le marché). Khalid est à l’extérieur, sur un marché, à s’enquérir des prix des légumes, des fruits, de la viande, du poisson… Ceux qui ne vont jamais au marché peuvent, sans s’y déplacer, avoir une idée des prix du jour, assortis d’explications et conseils servis par Khalid. Du type : pour réussir ses frites, il faut choisir une pomme de terre qui a perdu son eau, qui a séjourné au frigo (domestique ou industriel) ; il ne faut jamais consommer de fruits acides avant le repas… Soumia, elle, dans les studios, communique les ingrédients de son «plat du jour».

Rien ne prédestinait Nizar à devenir animateur (puis chef d’antenne) si ce n’est sa voix : forte, communicative, spontanée. Cet élève de Lino Baco (animateur sportif sur 2M) a fait toutes ses études en langue italienne. Il est entré en 1992 à Casa FM ancienne formule pour animer une émission d’apprentissage de la langue italienne, et une autre de musique, de divertissement : Istirahatou al massae (la récré du soir), diffusée tous les jours à partir de 18 heures.

Le soir, la programmation est centrée sur la musique et le divertissement avec des émissions comme Maâ al tarab (avec la musique) de Karim Karkouri, Jazz avec Bouchra, et, surtout, Kotbi show du nom de son animateur Imad Kotbi : un talk-show qui passe tous les soirs, du lundi au vendredi, de 20 h 15 à 22 h. Une ou deux stars people y sont conviées, artistes, cinéastes, sportifs… «On essaye de faire sortir le vrai personnage et la vie intime de la star, en interaction avec les auditeurs qui ont envie de le faire réagir et de se défouler à leur tour à l’antenne», explique Imad. Cette émission ne manque pas de fans, surtout des jeunes, qui se cherchent, avides de communiquer et de demander des conseils.

Le week-end est dédié en grande partie au sport (Les dossiers du sport avec Mohamed Abousahel), et à la culture. Le très intello Jamal Boushaba occupe l’antenne le samedi de 16 h à 18 h et le dimanche de 20 h 15 à 22 h, pour parler livres, expositions, cinéma et autres événements culturels. Il n’est pas moins brillant à l’antenne que dans ses écrits, encore que sa manie de couper la parole à tout bout de champ à ses invités agace nombre de ses auditeurs. Beaucoup moins, assurément, que la posture moralisatrice de Lahcen Aït Belaid, animateur de l’émission théologique de la chaîne, d’une didactique certaine, mais qui s’adresse à ses auditeurs comme à des incultes, des égarés qu’il faut remettre sur le droit chemin.

A minuit, le direct prend fin et laisse la place, pour le plaisir des insomniaques, aux rediffusions, provisoirement, «en attendant que le direct soit généralisé 24/24h», promet le patron de New Publicity. Une émission après minuit qui accompagnerait les couche-tard, et ceux qui exercent des professions de nuit, à l’instar, en France, de la défunte émission Allô Macha, animée par la voix chaude et rassurante de Macha Berenger, sur France Inter, aurait sa place sur les ondes de Casa FM.