Sahara : une riposte politique depuis Laâyoune
16 avril 2018
Tahar Abou El Farah (984 articles)
Partager

Sahara : une riposte politique depuis Laâyoune

La Déclaration de Laâyoune condamne la tentative de changer le statu quo et la situation juridique et historique de la zone tampon.

L’unité du rang national et la solidité du front interne constituent la meilleure réponse aux manœuvres du Polisario et ses mentors. C’est le message à retenir de cette rencontre, lundi 9 avril, à Lâayoune, des membres du gouvernement, des chefs des partis politiques, des élus et responsables locaux et régionaux, des acteurs de la société civile et des chioukhs et chefs de tribus sahraouis. Cette mobilisation générale fait suite aux dernières provocations du Polisario qui tente de changer la situation juridique et historique de la zone tampon, à l’est du dispositif de sécurité marocain. Elle a donné lieu à la «Déclaration de Laâyoune». Un document fort dans lequel les forces vives de la nation condamnent et rejettent «les manœuvres des adversaires de notre intégrité territoriale à tous les niveaux, en particulier les derniers agissements hostiles du Polisario visant à établir une nouvelle réalité en entamant la tentative de transfert de certains de ses éléments civils et militaires de Lahmada en Algérie vers la zone tampon avec l’appui d’Alger, en flagrante violation de l’Accord de cessez-le-feu (…)».

L’autonomie sous souveraineté marocaine est la seule option

On retiendra également dans cette déclaration la détermination de ses signataires à «déjouer toute manœuvre de nature à altérer le statut actuel et historique de ces régions». Les signataires de la déclaration tiennent également à attirer l’attention de l’ONU sur «la nécessité de ne pas prendre à la légère ces agissements provocateurs» et appellent la Minurso, et à travers elle la communauté internationale, à «prendre des mesures fermes, rigoureuses et dissuasives pour obliger le Polisario à se retirer de cette partie et à mettre un terme à ses tentatives visant à établir une nouvelle réalité dans cette zone».

Considérant que la seule option pour résoudre ce conflit artificiel est «l’autonomie sous souveraineté marocaine telle qu’elle a été proposée par le Maroc comme cadre de négociation et qui a été qualifiée par la communauté internationale comme étant une solution sérieuse et crédible, dont le cercle de pays favorables ne cesse de s’élargir», les signataires de la déclaration exhortent la communauté internationale à «œuvrer pour mettre fin aux souffrances de nos frères séquestrés dans les camps de Lahmada, loin de leur terre et de leurs familles dans des conditions lamentables et privés de leurs droits les plus élémentaires, et à faire pression sur l’Algérie et le Polisario pour permettre au HCR de les recenser selon les standards internationaux». Tout en réitérant leur dénonciation de l’entêtement du régime algérien qui insiste pour perpétuer les tensions dans la région, les auteurs de la déclaration se sont, par ailleurs, engagés à œuvrer à «la création de groupes d’influence et de lobbying en vue d’adopter et appuyer la position de notre pays et contrecarrer les thèses des adversaires».