Sahara.   La main tendue à l’Algérie
9 novembre 2018
Lavieeco (25777 articles)
Partager

Sahara. La main tendue à l’Algérie

Dans son discours, le Souverain appelle à la mise en place d’un mécanisme politique conjoint de dialogue avec l’Algérie. S.M. le Roi a précisé les fondements de son action, travail sérieux et sens de responsabilité pour les affaires internes, clarté et ambition dans les relations internationales.

Fait totalement inattendu mais pas surprenant, SM MohammedVI a entamé son traditionnel discours de la Marche Verte, le 6 Novembre, avec un appel au dialogue «direct et franc» avec l’Algérie pour «dépasser les différends» entre les deux voisins. Pour canaliser ce dialogue, qui portera sur la totalité des questions en suspens et des malentendus, le Souverain a proposé la création d’un «mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation». Pour un observateur averti, pour inattendu qu’il soit, cet appel n’est pas pour autant étrange. La volonté de relancer les relations entre les deux pays a été manifestée à de nombreuses reprises dans les discours royaux. Ce qui est nouveau, c’est la proposition d’un cadre opérationnel pour ce faire. «Dieu m’est témoin que depuis mon accession au Trône, j’ai appelé avec sincérité et bonne foi à l’ouverture des frontières entre les deux pays, à la normalisation des relations maroco-algériennes», a notamment affirmé le Souverain en ce sens. Et de souligner : «C’est, donc, en toute clarté et en toute responsabilité que je déclare aujourd’hui la disposition du Maroc au dialogue direct et franc avec l’Algérie sœur, afin que soient dépassés les différends conjoncturels et objectifs qui entravent le développement de nos relations».

A cet effet, SM le Roi a proposé aux «frères en Algérie la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation», précisant que «le niveau de représentation au sein de cette structure, son format, sa nature sont à convenir d’un commun accord». «Le Maroc est ouvert à d’éventuelles propositions et initiatives émanant de l’Algérie pour désamorcer le blocage dans lequel se trouvent les relations entre les deux pays voisins frères», a dit le Souverain, ajoutant qu’en vertu de son mandat, ce mécanisme «devra s’engager à examiner toutes les questions bilatérales, avec franchise, objectivité, sincérité et bonne foi, sans conditions ni exceptions, selon un agenda ouvert».

Attachement à l’intégrité territoriale

Il faut souligner, notent certains analystes, que cette proposition n’est pas liée aux derniers développements de la question du Sahara. SM. le Roi en a d’ailleurs parlé avant d’évoquer ce dossier. Cela dit, la question fera néanmoins partie des thèmes du dialogue.

Mais, auparavant, le Souverain a tenu, dès le début du discours, à exposer la démarche qui a toujours été la sienne. «L’approche qui est nôtre, dans la gestion des grandes affaires du pays, repose sur le travail sérieux et le sens de la responsabilité sur le plan interne, et sur les principes de clarté et d’ambition qui orientent notre politique extérieure», a affirmé le Souverain. «Ces fondements ont constamment sous-tendu notre action; ils ont toujours inspiré nos prises de position et nos réactions à l’égard de tous, plus particulièrement de nos frères, nos amis, nos voisins», a-t-il poursuivi.
Cette démarche a été explicitée plus loin dans le discours en réitérant l’attachement du Maroc à défendre son intégrité territoriale avec la même clarté et le même sens de l’engagement responsable, tant sur le plan onusien qu’au niveau interne.

Le Souverain a également souligné que, guidé par ce même principe de clarté et mû par ses ambitions légitimes, la décision du Maroc de réintégrer l’Union Africaine a été motivée par l’adhésion à la dynamique de développement à l’œuvre dans le continent et relever les multiples défis auxquels l’Afrique est confrontée. Cette décision n’avait donc pas uniquement pour dessein de plaider la cause du Sahara marocain «étant donné que la plupart des Etats africains partagent d’ores et déjà la position du Maroc à ce propos».

Le Souverain n’a d’ailleurs pas manqué de se féliciter des résolutions du dernier Sommet de l’Union Africaine, qui s’est tenu à Nouakchott, «car elles sont en accord avec les positions et les principes internationaux pertinents».

Et pour finir, SM le Roi a réitéré la détermination du Maroc à développer des partenariats économiques «efficients, générateurs de richesse, avec différents pays et divers groupements économiques, y compris l’Union européenne». Néanmoins, souligne le Souverain, «nous n’en accepterons aucun qui pourrait porter atteinte à notre intégrité territoriale.

Il nous importe avant tout que ces partenariats soient expressément bénéfiques et, au premier chef, à la population du Sahara marocain, en ayant un impact positif sur leurs conditions de vie et en leur permettant de jouir, à l’intérieur de leur patrie, d’un climat de liberté et de dignité».