Un magazine 100% littérature
14 décembre 2009
Anne-sophie Martin (653 articles)
Partager

Un magazine 100% littérature

Le magazine littéraire du Maroc est l’initiative du philosophe Abdessalam Cheddadi.
Une publication trimestrielle, tirée à  5 000 exemplaires et vendue à  30 DH.

Un magazine littéraire au Maroc. L’idée jusqu’ici jamais explorée vient d’être concrétisée par le philosophe et historien Abdessalam Cheddadi. Baptisée tout simplement mlm, le Magazine littéraire du Maroc, la nouvelle publication, trimestrielle, est disponible dans les kiosques depuis le 25 novembre. Une cérémonie de lancement a été organisée le 2 décembre. Edité par la Maison des arts, des sciences et des lettres avec le soutien financier de la Fondation éducation et culture de la Banque Populaire et de la Fondation CDG, ce nouveau magazine est le premier du genre au Maroc. Avec une équipe rédactionnelle composée essentiellement d’amoureux de la plume, le magazine entend toucher un large public. Pourtant, derrière une couverture légèrement austère, les articles sont rédigés par des écrivains, des professeurs et s’adressent donc tout aussi bien à des étudiants ou chercheurs en littérature. Le magazine est composé de 7 rubriques avec notamment une interview d’un grand écrivain marocain ou étranger, un dossier thématique et une rubrique création destinée à publier des textes d’amateurs. S’y ajoute un portfolio qui se consacre à toutes les formes d’art, au-delà de la littérature.
Edité d’abord en français, Abdessalam Cheddadi réfléchit déjà à une version arabophone, une fois que la version française aura fait ses preuves.
Tiré à 5 000 exemplaires, le magazine est publié trimestriellement et vendu au prix de 30 DH. Un effort considérable a été fait au niveau du prix puisque les ventes ne couvrent pas le coût d’impression ni les rétributions dues aux écrivains-journalistes.
A ce titre, l’équipe rédactionnelle est composée essentiellement de professionnels de la plume. Citons ainsi Kébir Mustapha Ammi, auteur des Vertus immorales, Driss Chraïbi Jaydane, auteur du Jour venu, Khalil Zekri, historien de la littérature marocaine et maghrébine, et Amina Achour et Khadija Mouhssine, professeures de lettres.  
Six membres permanents et un large réseau de collaborateurs, au Maroc et à l’étranger, participent à la vie du magazine.
Au sommaire du premier numéro, un entretien avec Abdelfattah Kilito sur Comment peut-on être écrivain ainsi qu’une relecture de L’Ane de Driss Chraïbi.
Pour Abdessalam Cheddadi, les Marocains vivent trop dans la routine et ne prennent pas le temps de se distancer du quotidien. La littérature joue pourtant un rôle extrêmement important dans l’évasion de l’esprit et le recours à l’imagination. A partir du deuxième numéro, les lecteurs pourront ainsi découvrir un roman-feuilleton ainsi que des extraits d’œuvres courtes -poésie, nouvelles- pour entretenir cette liberté de l’esprit.