L’amour en sculpture
14 février 2019
Fadwa Misk (397 articles)
0 Commentaire
Partager

L’amour en sculpture

Du jeudi 14 février au 18 avril, les sculpteurs Karim Alaoui et Giovanni Caselatto exposeront à Abla Ababou Galerie à Rabat. L’exposition invite à la spiritualité et à l’amour universel.

Quelle place pour l’amour, la paix et la poésie dans un monde matériel, guidé par les intérêts et les calculs économiques ? A Abla Ababou Galerie, A Rabat, la question peut trouver des pistes de réponses dans les magnifiques œuvres qui y sont exposées du 14 février au 18 avril. «Sculpture et design» aurait pu s’intituler «L’amour dans tous ses états», ou encore «Par Saint-Valentin», tant s’y prêtent les objets et sculptures.
Derrière la création, deux sculpteurs passionnés du métal. L’un vient de Casablanca et l’autre de Venise, Karim Alaoui et Giovanni Caselatto, sont tous deux porteurs d’une tradition de façonnage du bronze, de l’acier, de l’inox, de l’aluminium, etc. Fondre le métal pour façonner l’amour fut, pour eux, un défi relevé et remporté avec brio.

Amour avec un grand A

Qui dit amour dit couple. N’est-ce pas la première évocation à laquelle nous renvoie ce sentiment? On retrouve cet amour-là magnifié dans les couples enlacés aux visages enchevêtrés, pour exprimer la fusion des corps et des âmes, selon Karim Alaoui. L’amour filial est aussi représenté par certains travaux de Giovanni Caselatto, tel ce magnifique «Père et fils» en acier inoxydable laqué blanc. Le sculpteur vénitien nous le livre également dans ses tableaux sculpturaux, où apparaissent tous les éléments de la vie, comme l’eau et le feu.

Dans le registre de l’amour divin, les deux sculpteurs ont puisé dans la danse mystique pour offrir des tableaux spirituels. Pour Giovanni Caselatto, les derviches tourneurs en sculptures blanches immaculées ou en acier rétro-éclairé «font le lien entre ciel et terre, à travers un gracieux mouvement rotatoire». Karim Alaoui, quant à lui, a invoqué des gnawas, en incarnant leur transe extatique, tellement percutante qu’on les croirait vivants !
Dans le reste de l’exposition, l’on découvre également de l’art décliné en objets, comme dans les bougeoirs de Karim Alaoui qui permettent aux amateurs d’art d’allier esthétisme et utilitaire à travers le design.

Mots-clés culture, Exposition, Maroc
Fadwa Misk

Fadwa Misk

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article