La diplomatie culturelle marocaine expliquée à Montréal
3 décembre 2018
Malika Alami (44 articles)
Partager

La diplomatie culturelle marocaine expliquée à Montréal

« Une expérience culturelle émergente au service d’une diplomatie culturelle marocaine influente », ainsi qualifiait le modèle du Centre culturel marocain Dar Al Maghrib à Montréal, Jaâfar Debbarh, directeur de l’établissement.

La diplomatie culturelle marocaine expliquée à Montréal

C’était la semaine dernière dans la ville québécoise, lors d’une conférence de la chaire Fernand-Dumont sur la culture de l’Institut national de recherche scientifique du Québec. Au cœur de la rencontre des échanges sur le thème de « la diplomatie culturelle et institutions étrangères au Québec : Comment exercer son influence ? ».
Sélectionné parmi une trentaine de centres culturels montréalais pour participer à cette conférence et présenter le modèle marocain, c’était l’occasion pour le directeur de Dar Al Maghrib d’exposer les atouts culturels pluriels du Maroc et de rappeler les grandes étapes de la diplomatie culturelle marocaine. Il s’agissait aussi de mettre en exergue les nouvelles orientations en la matière. Il faut rappeler dans ce contexte, que l’histoire de la diplomatie culturelle marocaine est relativement récente. La culture dans son sens large n’a en effet intégré que tardivement la diplomatie nationale.
« Comme le confirme le rapport de l’Institut Royal des Études Stratégiques (IRES), d’importants efforts ont été déployés depuis l’indépendance du Maroc en 1956 pour promouvoir la diplomatie culturelle marocaine. A partir de 2013, une nouvelle et ambitieuse politique de renforcement et développement de la diplomatie culturelle a été lancée suite aux nouvelles orientations annoncées dans la Lettre Royale adressée à la conférence des Ambassadeurs tenue le 30 août 2013 », a souligné à ce sujet Jaâfar Debbarh.

De là, le nouveau concept de la diplomatie culturelle marocaine s’est notamment concrétisé à travers la création de centres culturels marocains à l’étranger avec au cœur de leur mission la préservation de l’identité nationale des marocains du monde notamment la nouvelle génération et de satisfaire leurs besoins et aspirations culturelles, a indiqué l’intervenant.

Créé en 2012, l’établissement, réouvert depuis 2016 après une période d’inactivité, a réussi à élargir son audience en ouvrant ses portes à un public bien plus diversifié. Le centre culturel accueille aujourd’hui à travers nombre d’événements et d’activités non seulement des marocains résidents au Québec mais également d’autres immigrants africains et des québécois de souche. L’établissement n’hésite pas ainsi à s’associer à l’organisation dans le cadre de partenariats à des événements dans d’autres villes. En matière de programmation, outre une démarche de proximité par rapport à l’environnement culturel local très vaste sur le plan géographique, ce sont aussi les spécificités de la communauté marocaine au Canada composée de marocains du Québec et du Canada de confession musulmane et juive, qui orientent le choix des activités.

A noter qu’à l’échelle locale, le centre culturel marocain de Montréal, se distingue aussi en matière architecturale à travers son design qui met en exergue au Canada l’artisanat et le savoir-faire marocain. C’est aussi le plus grand centre culturel étranger au Québec avec une superficie globale de 2478 m2 répartie sur cinq niveaux.

Malika Alami

Malika Alami