Découverte à la plage d’Essaouira de débris d’une embarcation archéologique du 18è ou 19è siècle
13 octobre 2018 Partager

Découverte à la plage d’Essaouira de débris d’une embarcation archéologique du 18è ou 19è siècle

Il sera procédé également au lancement de fouilles archéologiques au niveau de la zone limitrophe de l’Ile de Mogador pour s’assurer de l’éventuelle découverte de débris archéologiques similaires et ce, dans les deux mois à venir.

La découverte des débris d’un navire archéologique, dont l’âge remonterait au 18è ou au 19è siècle, a eu lieu récemment au niveau de la plage d’Essaouira, selon un communiqué du ministère de la culture et de la communication.« Des recherches et analyses empiriques complémentaires seront effectuées pour pouvoir identifier avec exactitude l’âge du navire en question”, précise-t-on de même source.

Cette découverte archéologique s’est produite lors du changement récent survenu sur la morphologie de la plage, lié au projet d’extension du port de la ville d’Essaouira, a poursuivi la même source, faisant savoir que ce changement morphologique a eu pour effet d’accélérer l’érosion, en raison des changements de courants d’eau et de dépôts de sable, ayant permis de découvrir les débris du navire.

Ainsi, la direction régionale de la culture de Marrakech-Safi a procédé le 6 octobre à l’établissement d’un constat préliminaire en coordination avec la direction provinciale de la Culture et la Conservation de la médina d’Essaouira, en présence de représentants des autorités locales, de la gendarmerie royale et de la protection civile.

L’opération de plongée effectuée à cet effet, en compagnie d’éléments de la protection civile, sous la supervision de M. Azeddine Karra, directeur régional de la Culture et spécialiste des fouilles archéologiques subaquatiques, a permis de délimiter le site, et d’inspecter l’épave du navire immergé à une profondeur de 1,5m lors de la période de la marée haute, relève-t-on.

Cette opération a permis aussi de constater, lors de la période de la marée basse, l’existence d’un ensemble de poutres et de morceaux en bois qui constituaient la base du navire sur une longueur estimée à 26,5 m, dont certaines parties seraient incendiées, avec à leur proximité un canon métallique oxydé.

Dans le même contexte, il a été convenu sous la supervision du gouverneur de la province, de prendre toutes les mesures qui s’imposent pour renforcer le contrôle au niveau du site et la protection des débris dudit navire de manière permanente aussi bien lors de la période de la marée haute que de la marée basse.

Le ministère de la Culture et de la Communication se penche actuellement sur la réalisation dès que possible de “fouilles de sauvetage” en vue d’identifier le contexte général ayant permis de découvrir l’existence de l’épave du navire archéologique sur le littoral d’Essaouira ainsi que toutes les données qui s’y rapportent.

Il sera procédé également au lancement de fouilles archéologiques au niveau de la zone limitrophe de l’Ile de Mogador pour s’assurer de l’éventuelle découverte de débris archéologiques similaires et ce, dans les deux mois à venir.

Le ministère veillera également à prendre toutes les mesures opérationnelles concrètes et scientifiques qui s’imposent afin de permettre de préserver les sites archéologiques, de faire connaitre leurs spécificités historiques et de mettre en avant leur valeur et origine civilisationnelles.