Team building : entre efficacité et effet de mode

Le team building séduit de plus en plus les entreprises en quête d’une réelle dynamique d’équipe. Yoga, safaris ou sports extrêmes sont les nouvelles tendances. Il faut compter entre 500 et 5 000 DH par personne, selon la formule choisie.

«Plus que tout, la reconnaissance est le moteur numéro un du management. Sa symbolique est plus importante qu’une quelconque prime pécuniaire et cela coûte moins cher», assure Abdelilah Jennane, directeur exécutif du cabinet IRH-Diorh. Loin d’être la solution miracle, le team building permet malgré tout de fédérer une équipe et de créer une synergie de groupe. Pressions de la part du patron, accumulation et intensification du rythme de travail entraînent indéniablement une baisse de régime chez le salarié. Pour faire face à ces «maux de bureaux», les patrons sont de plus en plus séduits par cette nouvelle technique de motivation qui prend des formes très inattendues.

Fini les excursions en quad, les raids en 4×4 ou les bivouacs. Les dernières tendances en matière d’incentive et de team building sortent de plus en plus des sentiers battus. Yoga, safaris ou sports extrêmes sont à l’ordre du jour. L’humanitaire fait également partie des favoris cette année. Ainsi, récemment, l’opérateur télécoms Méditel a proposé à ses 900 cadres et salariés de repeindre les maisons du douar Isgouffa, dans le Haut-Atlas.

«Aujourd’hui, les clients recherchent de l’insolite et de l’original. “Courses berbères en babouches ou à dos d’âne”, chasse au trésor ou soirées costumées. Des activités à la limite du ridicule mais qui plaisent», explique un chef d’agence de créative incentive, spécialisée dans l’organisation d’événements depuis plus de 15 ans. Le recours à un intervenant extérieur très médiatique, tel qu’un acteur, un sportif ou un chanteur ayant réussi malgré les difficultés, peut aussi être un vecteur très important de considération et de motivation.

Le team building permet d’optimiser les qualités de chacun
Les entreprises dans leur optique de changement et d’évolution font généralement appel à des cabinets de conseil en management et ressources humaines. Leur travail se fait en amont, au sein même de l’entreprise, afin de déceler les problèmes sous-jacents et de trouver les meilleurs moyens d’y remédier. «Lorsque l’on fait appel à nous, il nous arrive souvent d’intervenir à travers le team building qui, contrairement aux séminaires d’incentive, orientés fortement vers l’organisation d’activités ludiques, permet de travailler sur le fond en alternant le ludique et les temps de réflexion et de partage», explique Assia Ayouch, directeur général d’Optimum Conseil-BPI.

Activités sportives, séminaires, jeux de rôles, ateliers artistiques ou excursions menées en groupe, tous les moyens sont bons pour atteindre l’objectif visé par l’entreprise. Mais, pour que le team building puisse être bénéfique, il faut, au préalable, avoir une vision claire du malaise qui s’est installé au sein de l’équipe afin de proposer les activités adéquates. «Le team building va accompagner les moments forts de la vie de l’entreprise. Au même titre qu’une famille célèbre un mariage ou partage un deuil, l’entreprise a le même besoin de fêter de bons résultats, l’arrivée d’un nouveau dirigeant ou simplement de montrer l’estime qu’elle porte à tous ses acteurs et collaborateurs», note Abdelilah Jennane.

Réunir autour d’un but commun et faire appel à l’intelligence collective, voilà le secret d’un team building réussi. De plus en plus de prestataires profitent de ce marché en plein essor. Les prix varient selon l’activité souhaitée, le lieu, la durée ainsi que toutes les prestations accessoires, telles que le transport, l’hébergement et la restauration. Ils peuvent aller de 500 DH à 5 000 DH par personne.
A ce prix, le tapis rouge est de rigueur. Mais, parfois, certains organisateurs n’hésitent pas à adopter l’étiquette «team building» dans le seul but de vendre leurs services. Malheureusement, les activités proposées ne sont pas toujours à la hauteur de ce que l’entreprise attend.

Les moments de team building sont toujours importants pour se retrouver dans un cadre agréable, se défouler et parfois même se Prudence, toutefois ! L’excès n’est pas bien vu. Un séjour de cohésion peut aussi présenter un mauvais côté. C’est souvent l’occasion pour certains d’attirer l’attention de la hiérarchie pour obtenir des faveurs, ou de montrer leur différence en se réfugiant dans leurs «clans»… Là, on s’éloigne tout simplement de la philosophie du team-building qui, à priori, est censé fédérer et non renforcer l’animosité entre groupes.

Un séminaire mal préparé, des enjeux mal explicités, des recommandations non abouties peuvent avoir des conséquences néfastes sur les troupes. Un team building sert avant tout à régler des dysfonctionnements mais pas à en créer .

Ces manifestations restent, en tout cas, enrichissantes pour tous. Leurs bienfaits ne se limitent pas seulement au développement des relations professionnelles et à l’amélioration des performances d’une équipe. Elles permettent d’optimiser les qualités de chacun et de renforcer le sentiment d’appartenance en interne.

Ces effets perdurent dans le long terme s’ils sont accompagnés d’un suivi des engagements pris par l’entreprise. Selon Assia Ayouch, «l’impact immédiat du team building est visible en termes d’enthousiasme et de mobilisation, mais ce n’est que le début d’une dynamique de changement que le management de l’entreprise doit pérenniser et faire vivre». Le ton est donné !