Ramadan et travail : la baisse de régime touche près de la moitié des Marocains
19 juillet 2015
Brahim Habriche (1973 articles)
Partager

Ramadan et travail : la baisse de régime touche près de la moitié des Marocains

Sur 678 personnes sondées, plus de la moitié se dit ne pas être affectée par le jeûne. Les dossiers qui ne demandent pas trop d’action ni de dépenses énergétiques sont privilégiés.

On connaît tous les désagréments inhérents au Ramadan: employés qui somnolent ou peu disposés à hausser le rythme, dirigeants aux abonnés absents, rendez-vous au compte-goutte, visages ternes et nervosité à fleur de peau…Pourtant, à en croire la dernière enquête de Rekrute sur les habitudes des Marocains au travail pendant le mois sacré, celui-ci a finalement peu d’impact sur leur productivité.

L’enquête qui a été menée pendant le mois de juin a concerné 678 personnes dont 71% d’hommes et 29% de femmes. Ils sont majoritairement jeunes (âgés de 25 à 34 ans) et ils ont à 64% des postes à responsabilités (profils cadres moyens ou managers). La moitié de l’échantillon travaille dans de grandes structures et  le reste est réparti entre les PME dont les effectifs ne dépassent pas les 250 personnes (35%) et les TPE (15%).

Près d’un tiers des sondés reviennent au bureau après le f’tour

D’après les résultats de l’enquête, il apparaît clairement que 33% des répondants soulignent que leur productivité ne diminue pas vraiment pendant Ramadan et que 21% affirment qu’elle ne diminue pas du tout. En revanche, pour les 46% restants, la productivité baisse réellement pour 19% et moyennement pour 27% des répondants. Cette baisse de régime serait de 25% pour le tiers des répondants et de 75% pour 2% de l’échantillon.

Les déplacements peuvent également engendrer une baisse de régime chez les cadres. Près de 44% des répondants sont amenés à faire des déplacements à l’extérieur ou à l’étranger et 56% d’entre eux trouvent qu’ils occasionnent une baisse de productivité.

Les avis sont également partagés quant à la saison pendant laquelle le mois sacré a lieu. Si 59% se disent indifférents, 30% des répondants se disent plus productifs pendant la période hiver/automne et que 11% le sont pendant la période printemps /été.

L’enquête montre en outre que généralement les Marocains ne prennent pas de vacances pendant le mois sacré (80% ne le font pas).

Concernant l’organisation de travail, les sondés sont partagés : 43% d’entre eux préfèrent commencer la journée tôt, alors que 42% préfèrent la commencer plus tard. Seuls 15% de l’échantillon sont indifférents à cette question. Près d’un tiers des sondés reviennent également au bureau après le f’tour pour travailler quelques heures, et ce sont principalement les jeunes qui sont disposés à le faire.

Les bonnes résolutions: surveiller son régime alimentaire et faire du sport

Toutefois, Ramadan ne présente pas que des contraintes. Beaucoup en profitent pour faire le point sur leurs activités, revoir leur plan de développement ou se concentrer sur d’autres activités. L’étude analyse également les bonnes résolutions prises par les cadres pendant Ramadan. La principale concerne l’organisation des activités pendant la matinée (56% des cas). Ainsi, les cadres réservent leurs matinées aux travaux de réflexion et de conception.

D’autres bonnes attitudes adoptées par les sondés consistent à surveiller le régime alimentaire (37% des cas), ne pas manquer de sommeil (35% des cas), faire de l’exercice physique pour réduire le stress (25% des cas) ou encore diminuer sa consommation de café/cigarette. Cela commence même une à deux semaines avant Ramadan.

Brahim Habriche

Brahim Habriche