Les soft skills, la nouvelle frontière dans le domaine de la formation
4 août 2018
Brahim Habriche (1954 articles)
Partager

Les soft skills, la nouvelle frontière dans le domaine de la formation

Pendant longtemps, les écoles et universités se limitaient à la formation des cadres sur le savoir et savoir-faire.

Des cours de communication non verbale, de négociation, d’animation de réunion, de prise de parole, de management d’équipe…, tout est bon pour stimuler la confiance en soi des étudiants n Les actions sont encore limitées mais très bénéfiques pour les étudiants.

Pendant longtemps, les écoles et universités se limitaient à la formation des cadres sur le savoir et savoir-faire.
Aujourd’hui, la donne est en train de changer car le savoir-être monte en puissance et devient un atout majeur pour l’employabilité des candidats. Les recruteurs semblent souvent répéter qu’à compétences égales, c’est bien la personnalité qui fera la différence lors du recrutement. Il faut dire aussi que les métiers et fonctions ont beaucoup évolué ces dernières années, que la seule technicité ne suffit plus.
Cette nouvelle donne a poussé de plus en plus d’écoles et universités à s’investir dans le développement personnel des étudiants.
Cours de communication non verbale, de négociation, d’animation de réunion, de prise de parole, de management d’équipe ou même de la pratique théâtrale, tout est bon pour stimuler la confiance en soi des étudiants.
Au-delà du comportement, c’est souvent le sens de l’innovation qui est recherché
A l’Institut supérieur de commerce et d’administration des entreprises (ISCAE) par exemple, un module de développement personnel est axé sur la réflexion sur des projets professionnels, la réflexion sur la «bonne conduite professionnelle», ou encore la compréhension des notions de base relatives aux relations professionnelles et au travail d’équipe.
Sur le terrain, cela se traduit par des ateliers, des visites d’entreprises, des rencontres avec des DRH. «Ce programme aide à la préparation du jeune qui intègre pour la première fois le marché du travail. Les résultats ont été plus que positifs sur les étudiants, notamment sur les prises de conscience qu’ils ont réussi à développer à la fin du séminaire», note Hayat El Adraoui, enseignante au sein de l’école de commerce.
Au-delà du comportement, c’est souvent le sens de l’innovation que les écoles entendent développer. Injaz Al Maghrib, association d’utilité publique, initie les collégiens et lycéens dès leur jeune âge à l’entreprenariat, à bouger et à innover. Développer l’esprit critique, gérer les ressources tant humaines que financières, développer l’adaptabilité sont autant de qualités humaines qui feront largement la différence une fois dans l’entreprise.

Brahim Habriche

Brahim Habriche