Essaid Bellal : « Le DRH doit exceller dans l’art de la gestion des paradoxes »
12 février 2019
Brahim Habriche (1973 articles)
0 Commentaire
Partager

Essaid Bellal : « Le DRH doit exceller dans l’art de la gestion des paradoxes »

Certaines entreprises sont toujours dans l’administratif, alors que d’autres sont nettement plus avancées en termes de pratiques RH, et surtout de croyances RH, et de valeurs; c’est là que réside le déficit et non dans l’accès à la boite à outils.

Essaid Bellal
DG du cabinet Diorh

Depuis quelques années, bon nombre d’entreprises sont confrontées à de fortes pressions, ce qui les amène à questionner leur modèle de compétitivité et plus fondamentalement leur modèle économique, organisationnel et managérial. Certaines entreprises semblent plus agiles et plus ouvertes aux défis de la mondialisation et de l’économie numérique ainsi qu’aux opportunités qu’offre l’ouverture du Maroc à l’International.
Face à ces changements quasi-permanents, les entreprises doivent constamment repenser leur gestion des ressources humaines. Certaines ont pris conscience de cette nécessité alors que d’autres qui tournent à plus de 3milliards de DH de chiffre d’affaires n’ont pas cette conscience de repenser leur modèle organisationnel et managérial.

Bien évidemment, la fonction RH a toute son importance dans cette dynamique mais comme je l’ai souvent dit malheureusement, la fonction RH au Maroc évolue à plusieurs vitesses. Certaines entreprises sont toujours dans l’administratif, alors que d’autres sont nettement plus avancées en termes de pratiques RH, et surtout dans la croyance aux RH, et de valeurs; c’est là que réside le déficit et non dans l’accès à la boîte à outils.
Avons-nous les bons acteurs RH ? Je pense qu’inéluctablement, nous avons de bons candidats avec du potentiel, mais qui ne trouvent pas le bon environnement pour travailler.

Ce qui rend encore son recrutement plus difficile, c’est son rôle pas toujours évident au sein de l’entreprise puisque très souvent un dirigeant n’arrive pas à définir le profil de son DRH ainsi que ses propres attentes vis-à-vis de lui.

Le DRH doit exceller dans l’art de la gestion des paradoxes.

Alors qu’aujourd’hui, son rôle va de plus en plus être un «Leader de transformation», les rôles vont être fusionnés et nous aurons besoin de profils RH qui sont partenaires de proximité au même titre que des experts dans des domaines RH .

De même que le DRH de demain contribuera activement à développer la capacité de l’organisation à faire preuve d’agilité et d’adaptabilité. Il devra mettre en œuvre des ajustements rapides et efficaces dans un environnement dynamique sans pour autant procéder à des changements intenses et déstabilisants pour le collectif humain.

Il ne s’agit pas seulement d’encourager les initiatives et les innovations, mais de veiller à ce qu’elles soient comprises et appropriées par l’ensemble des collaborateurs.

Enfin, pour que le binôme DG/DRH puisse bien fonctionner, ils doivent nécessairement partager le même système de valeurs et qu’il existe une certaine harmonie entre leurs visions sur la gestion de l’entreprise. Pour cela, quelques points essentiels doivent être respectés.

A Lire aussi : 

Management : les nouveaux défis des DRH.

Marie AGOT : «Les professionnels RH doivent savoir réinventer leur spectre de compétences».

Brahim Habriche

Brahim Habriche

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article