22 février 2011
Lavieeco (25801 articles)
Partager

Bientôt un palmarès des meilleurs employeurs au Maroc

Conjointement avec le cabinet américain Best Companies Group, Lycom, cabinet de conseil en capital humain installé à Rabat, lance le palmarès annuel des meilleurs employeurs au Maroc. Ce palmarès vise à rendre

Conjointement avec le cabinet américain Best Companies Group, Lycom, cabinet de conseil en capital humain installé à Rabat, lance le palmarès annuel des meilleurs employeurs au Maroc. Ce palmarès vise à rendre hommage aux sociétés marocaines offrant le meilleur milieu de travail, c’est-à-dire celles qui savent attirer et retenir leurs employés. Pour cette étude, qui sera menée auprès des entreprises toutes tailles confondues, il reviendra aux employés de choisir eux-mêmes les meilleurs employeurs de l’année, selon des critères précis.
Pour chaque entreprise participante, plus de 60% des collaborateurs seront invités à répondre à un questionnaire très élaboré concernant leur perception de la culture de l’entreprise, les conditions de travail, la gestion RH, l’évolution professionnelle et la rémunération et la reconnaissance professionnelle. L’avis des salariés est l’élément le plus important dans cette enquête qui est complétée par une évaluation remise à la DRH, décrivant ses pratiques concrètes.
Pour les entreprises désirant figurer au palmarès, les inscriptions sont ouvertes jusqu’à la fin du mois d’avril 2011 et les résultats seront publiés vers le mois de septembre.
Selon le cabinet, les entreprises participantes auront l’occasion de s’auto-évaluer, de se comparer à d’autres entreprises et d’améliorer leurs pratiques en matière de gestion du capital humain au Maroc, de mesurer le degré de satisfaction et le niveau d’engagement productif de leurs employés, d’accroître la motivation de leurs employés et leur sentiment d’appartenance à l’égard de l’organisation et d’avoir la chance d’obtenir une reconnaissance à l’échelle nationale. Dans les secteurs où le turn-over est très important, il est certain qu’il n’y a pas meilleur prescripteur que ses propres collaborateurs.