Prendre la parole en public avec aisance et efficacité ? C’est possible !

Il n’est pas nécessaire d’être un acteur au talent hors norme ou un grand leader charismatique pour s’exprimer en public.
Il est utile d’enregistrer ses prestations pour corriger les imperfections.

Quelle est votre réaction spontanée lorsqu’on vous invite à prendre la parole ? L’enthousiasme ? La sérénité ? L’inquiétude ? La fuite ? Si c’est la première ou la deuxième réponse – vous appartenez à la minorité des gens heureux qui abordent les situations de prise de parole comme étant une activité naturelle de tout manager. Malheureusement, pour la plupart d’entre vous, ça serait plutôt la troisième, voire la quatrième option… Le plus souvent, nos souvenirs des premières prestations devant le public datent de notre enfance et adolescence : les poèmes que nous avons récités lors des rencontres familiales, les présentations devant la classe des résultats de nos premières expériences en sciences naturelles… Quelqu’un qui a été encouragé, applaudi, apprécié pendant ses premiers pas devant le public aura beaucoup plus de facilité à en affronter d’autres, cette fois-ci dans la vie professionnelle, avec des enjeux importants à la clé. Les bons souvenirs deviennent alors une ressource précieuse de confiance en soi.
Apprivoiser le trac et bien mener sa présentation s’appuient sur l’apprentissage des techniques, la maîtrise psychologique et l’exercice courageux et permanent qui permet de corriger ses défauts au fur et à mesure. Vous rappelez-vous le chemin que vous avez parcouru entre les premières leçons de conduite à l’auto-école et votre conduite confirmée d’aujourd’hui ? C’est exactement le même principe qui s’applique au domaine des présentations publiques. Vous en avez besoin au quotidien, c’est votre outil de travail, alors il faut l’apprendre et s’en servir pour mieux affronter vos challenges professionnels.
S’exprimer devant un public peut donc s’apprendre et peut se gérer. Pour le faire, on n’a pas besoin d’être un acteur au talent hors norme ou un grand leader charismatique. Il suffit d’être déterminé et d’aborder la question d’une manière méthodique. Ainsi, la voix qui tremble, la gorge sèche et nouée, la mâchoire serrée, les rougeurs du visage et du cou (le fameux «flush»), le cœur qui bat la chamade, les mains qui tremblent, la transpiration abondante – tous ces symptômes désagréables liés au stress peuvent être atténués, voire éliminés, grâce à l’exercice approprié et la persévérance.

La diction et l’apparence sont à soigner

Pour commencer, il y a de la technique : bien structurer votre discours, préparer les supports audiovisuels et la documentation. Vous seriez étonnés par le nombre d’erreurs commises à cette étape de base ! Ensuite, réfléchir aux attentes de votre auditoire et communiquer avec lui, respecter le temps de parole ( !), soigner votre diction, votre expression vocale et votre apparence : la tenue vestimentaire, la gestuelle. Chacun de ces sujets mérite une analyse approfondie, tellement ils sont tous des composantes indispensables pour arriver au bon résultat final. Ensuite, préparez-vous psychologiquement pour savoir maintenir le trac au bon niveau mobilisant et non paralysant. Pourtant, il n’est pas question de l’éliminer entièrement parce que la juste dose d’adrénaline a un effet bénéfique sur votre engagement émotionnel et, in fine, sur votre prestation tout entière. Conditionnez-vous dans un état mental souhaité qui correspond aux besoins de votre présentation : enthousiaste, combatif, serein, convaincant, sérieux, bienveillant, chaleureux… La décision quant à ces besoins est prise après l’analyse de votre auditoire, du contexte de votre intervention et des objectifs que vous souhaitez atteindre grâce à elle. Pour mieux vous préparer, faites aussi quelques exercices de respiration, d’échauffement et d’étirement permettant de rester en même temps relaxé et tonique.
Tout ce travail étant assez complexe, vous pouvez le faire plus aisément en faisant appel à un spécialiste : un conseiller ou un coach spécialisé dans le domaine de la communication.
L’avis neutre d’un observateur averti vous permettra alors de corriger votre attitude pour mieux maîtriser l’aboutissement final de votre discours. L’approche professionnelle consiste, entre autres, à effectuer les enregistrements audiovisuels de vos prestations (réelles ou simulées), les séances de coaching «on-the-job», l’analyse des facteurs qui vous empêchent de progresser et des différentes opportunités à saisir pour assurer la réussite dans vos présentations. Afin de s’assurer un changement durable et bien ancré, il est conseillé d’effectuer plusieurs séances de travail espacées dans le temps, comme cela se fait habituellement dans un processus de coaching classique.
Et surtout, rappelez-vous de la chose la plus importante : comme dans chaque apprentissage couronné de succès, au départ il y a deux éléments essentiels : votre volonté d’évolution positive et le premier pas à franchir !