«Mon remplaçant me dénigre !»

J’ai changé de poste dernièrement et je découvre avec un grand étonnement que tout ce qui a été fait par moi et mon équipe est littéralement descendu par la nouvelle équipe.
Quand je dis littéralement je pèse mes mots, puisque donc tout ce que nous avons fait était «nul» mais en plus il nous accuse d’avoir déroger à l’éthique ! Ce que je trouve réellement insupportable et je réfléchis à donner une suite «officielle» à cela.

Que me conseillez-vous ? G.C.- Tanger

Difficile à vivre. C’est une grande erreur d’agir de la sorte. Et ce, à plus d’un titre.
Car lorsqu’on occupe un poste à responsabilités on ne peut dénigrer le passé sans entacher la crédibilité de l’entreprise en entier. Ce qui tombe très mal, puisque nous l’incarnons !

Dénigrer son remplaçant c’est aussi dénigrer sa propre équipe aujourd’hui : et ça n’est pas le meilleur moyen de la motiver !
Apporter du neuf, innover, créer : oui. Dénigrer et accuser est juste un signe de faiblesse et de petitesse d’esprit…
Quand on nous accuse de quelque chose de faux c’est déjà difficile.

Mais lorsqu’il s’agit en plus d’accusations insidieuses et jamais frontales, ça l’est encore plus, car nous n’avons pas réellement le moyen de répondre, qui plus est, puisque vous n’êtes plus «dans la place». Cette personne remet en cause – au-delà de votre travail- vos valeurs. Aussi, agissez en lui apportant tous les faits et preuves en votre possession (vous verrez combien elle sera sans doute gênée de traiter de ce sujet «en face-à-face», car ces personnes sont souvent autant lâches à affronter leurs agissements qu’elles sont courageuses à les véhiculer dans votre dos) et faites de même avec son supérieur hiérarchique.
Une fois que cela est fait, tournez la page…(je sais, c’est difficile)

Pourquoi

Au final, il est rarement intéressant de s’attarder sur ce que fait une personne : on perd son temps, son énergie et parfois même son calme.
Mais il est beaucoup plus intéressant de se demander pourquoi cette personne agit de la sorte. A la limite, dénigrer une personne que l’on souhaite remplacer peut s’expliquer (même s’il y a bien d’autres moyens «à la loyale» de progresser au sein d’une entreprise). Mais dénigrer une personne que l’on a déjà remplacée… là, le «pourquoi» de la chose devient extrêmement intéressant !
Est-ce parce qu’elle se rend compte que finalement, une fois aux commandes il n’est pas si simple d’appliquer ses «y a qu’à faire ça» ?
Est-ce parce qu’on se rend compte qu’on n’est pas aussi compétent qu’on ne le pensait et que l’on craint un comparatif en notre défaveur avec notre prédécesseur ?
Dans tous les cas, on ne construit jamais rien de bon en détruisant, on démontre seulement notre incapacité à fédérer pour un rêve et juste à mobiliser les énergies contre un autre rêve du passé !

Avancez !

Une page est tournée.
Difficile moment pour vous, je vous l’accorde, mais vous devez passer à autre chose maintenant. Vous avez certainement communiqué votre version des faits étayées des preuves et autres traces écrites à qui de droit, et cela est suffisant.
Maintenant, évitez de chercher à avoir des informations sur les «innovations de rumeurs» de votre remplaçant. Continuez votre chemin, Monsieur Carnegie a dit : «Evitez les controverses, seul moyen d’en ressortir vainqueur». C’est ce que je vous engage à faire.
Sachez qu’un jour ou l’autre la lumière sera faite sur cette période.
En attendant, rappelez-vous cette histoire de Bouddha qui, alors qu’il prenait la parole devant une large assemblée, se vit insulter par une des personnes présentes. Avec calme il posa la question suivante: «Quand vous offrez un cadeau à quelqu’un mais qu’il ne l’accepte pas, à qui appartient le cadeau ?». «A moi, évidemment !», répondit la personne. Alors Bouddha lui rétorqua: «Eh bien, je considère vos paroles comme un cadeau que je me vois au regret de refuser».

Refusez ce «cadeau», et continuez de croire en vos valeurs et en vos rêves !

Très bonne année 2019 à vous !