Les réseaux professionnels : Avis de Zakaria Fahim, DG du cabinet BDO

Un patron sans réseau s’expose à  toutes sortes de vicissitudes.

Une chose est claire, l’isolement tue. Le réseautage permet justement d’apprendre des autres et de grandir. De manière générale, les réseaux sont d’une grande aide quand on traverse une mauvaise passe ou pour développer une affaire. Aujourd’hui, un patron sans réseau s’expose à toutes sortes de vicissitudes. Si on en a, on se rend compte qu’on peut partager les mêmes difficultés, les mêmes craintes mais aussi les belles réalisations.
Pour ma part, cela m’a permis d’être plus qu’un expert-comptable. Un manager d’abord. Au sein du Centre des jeunes dirigeants (CJD), nous apprenons à échanger sur des problématiques d’entreprise, s’enrichir du regard des autres et profiter de toute la richesse d’un réseau convivial. Il s’agit surtout de se mettre en dynamique pour améliorer sa performance et celle de son entreprise. Pour cela, au CJD, nous proposons à chacun de réfléchir pour prendre du recul et anticiper, se former pour progresser, expérimenter pour innover, s’engager pour influencer.

Je suis également membre de l’association des Business Angel, de l’ordre des experts-comptables ainsi que d’autres associations. L’intérêt est de ne pas être présent partout, mais surtout dans des réseaux où l’on sent des affinités, où l’on partage les mêmes valeurs. On n’a pas le temps d’être partout mais on a l’obligation d’y être. Il s’agit juste de trouver le bon équilibre.

Avant toute démarche de construction de réseau, il est essentiel de se poser la question de savoir ce qu’on veut, ce que l’on vise… Le réseautage est bien plus facile si l’on sait ce que l’on veut demander.

Il ne faut pas oublier que beaucoup de managers ne savent pas aujourd’hui gérer le réseautage. D’une part, parce qu’ils ne savent pas comment le construire et l’entretenir, et, d’autre part, certains le redoutent à cause de mauvais exemples de réseautage. Cela nécessite un engagement personnel et requiert une volonté de rendre service aux autres plutôt que de se contenter de se servir soi-même. En d’autres termes, on doit être mû par une logique d’échange.
Il est toujours bénéfique d’effectuer un suivi fréquent auprès de ses contacts. Rien de formel n’est nécessaire, mais un mail ou un appel téléphonique parfois permettent d’entretenir son réseau.