Hassan Chraibi : «La coupe dans les salaires des grévistes a été un événement majeur»

Hassan Chraibi, DG du cabinet Ingea Conseil

La fonction RH s’est considérablement professionnalisée dans les entreprises structurées. Une nouvelle génération de directeurs et responsables RH a émergé. Pour la plupart, ils ont fait le choix de ce métier dès leur formation académique. Cela diversifie davantage les profils et enrichit les expériences et les pratiques. Dans les PME, malheureusement, la fonction a encore du mal à s’affirmer, ce qui limite leur potentiel de développement, voire de survie.

L’année 2012 a été marquée principalement sur le plan social. Les structures publiques ont été secouées par différents mouvements de protestation et de grève. C’est à la fois le résultat d’un héritage social et de l’alternance politique. La décision du gouvernement de retrancher du salaire les jours de grève est un évènement majeur mais je ne me permettrais pas de le commenter tant que ses effets sur la conflictualité et le climat social n’auront pas été évalués.

Enfin, de nouveaux concepts se sont développés : les 8e rencontres internationales de la diversité organisées par l’Institut marocain de l’audit social (IMAS) en partenariat avec l’association «les défis de la diversité» et l’Association des gestionnaires et formateurs du personnel (AGEF), de même que l’institution de trophées marocains de la diversité, constituent des moments forts de l’année 2012.

Au niveau des politiques de rémunération, il y a une plus grande prise de conscience de la mise en place de la partie variable dans le système de rémunération. En ces temps de crise, les entreprises ne cherchent plus à s’engager sur des dispositifs fixes en vue de maîtriser la masse salariale.
D’un autre côté, la formation est l’un des rares domaines qui n’a pas connu de fléchissement. En tout cas, d’après notre constatation, les formations de courte durée sont toujours d’actualité alors que celles de longue durée sont en baisse.