« Chacun peut définir sa trajectoire professionnelle et prendre en main sa carrière »

En deux jours, le programme d’accélérateur de carrière permet de faire un audit de carrière, d’identifier les nouvelles perspectives et de définir un plan d’action opérationnel. Le programme permet de transformer de manière importante les comportements.

Désillusion, absence de perspective, sentiment de stagnation… de plus en plus de personnes sont en quête de redonner du sens à leur travail. Fatim Zahra Biaz, fondatrice du New Work Lab, donne les idées clés pour saisir ou ressaisir de nouvelles opportunités de travail.

Pourquoi avoir lancé le programme School of Changes ? Quel est l’objectif derrière ?
Notre mission et notre rêve est de changer le monde du travail en permettant aux salariés de trouver le sens et de créer de l’impact. Aujourd’hui, de plus en plus de salariés sont à la recherche de sens dans leur travail et ont le sentiment de ne plus progresser dans leur environnement actuel (en France, par exemple, 90% des salariés se sentent désengagés dans leur travail. On ne doit probablement pas être très loin de ces chiffres au Maroc). C’est bien dommage car notre nouveau monde du travail regorge d’opportunités.
L’objectif de School of Changes est de permettre aux salariés d’accélérer leur carrière en retrouvant du sens dans leur travail au quotidien, en identifiant leurs forces et leur valeur ajoutée …
Nous avons donc développé une boîte à outils pour permettre à chacun de pouvoir définir sa trajectoire professionnelle et prendre en main sa carrière. Le temps d’un week-end, nous invitons des participants qui souhaitent accélérer leur carrière à nous rejoindre pour 20 heures de formation intense.
Ils vont en profiter pour faire un audit de carrière, identifier leurs nouvelles perspectives en interne dans leur entreprise ou en shiftant et finalement définir un plan d’action opérationnel pour changer.

Quelles sont les attentes des participants ?
Nous recevons beaucoup de participants avec des attentes différentes. Ils ont tous en commun d’être des personnes brillantes, avec un haut potentiel, mais qui traversent une phase de questionnement. Cette phase est naturelle et saine. Nous les aidons à dépasser les questions pour passer à l’action. Certains sont désillusionnés et ne voient plus de perspective, même si leur job leur plaît. La majorité des personnes viennent parce qu’ils sont à la recherche de réponses, ont le sentiment de stagner, de ne plus apporter de valeur à leur entreprise. D’autres viennent parce qu’ils souhaitent explorer une passion, une envie et en faire un nouveau métier.
Parfois, des entreprises peuvent nous solliciter pour apporter une nouvelle dynamique et un nouvel angle de travail à leurs salariés.

En quoi le programme est-il différent du coaching ?
Le programme pourrait s’apparenter à du coaching. C’est un programme de «Design de Carrière» basée sur des méthodes innovantes que l’on retrouve dans le monde de la start-up. Nous permettons aux personnes qui viennent de clarifier leurs idées, de repartir avec des pistes d’action et un plan d’action opérationnel pour changer.

La reconversion professionnelle est souvent une étape importante dans la vie de tout individu, faut-il forcément passer par la formation ?
Je suis profondément convaincu que nous devons nous former en permanence. Le monde avance à la vitesse des start-up, les formations aussi. Tout ce que nous apprenons devient très vite obsolète. Les méthodes changent, les approches varient, il est important de rester à jour.
Bien entendu dans le cadre d’une reconversion professionnelle la formation est à mon sens indispensable. Pourquoi? Parce que si l’on a le sentiment de stagner, de ne plus progresser, c’est parce que l’on n’apprend plus grand-chose.
Un des points forts de School of Changes est que l’on reconnecte les participants avec le monde de l’apprentissage de manière très ludique.

Vous ciblez généralement les cadres mais votre programme peut-il toucher des populations autres que les cadres ?
Notre programme est ouvert à tous. Nous avons des dirigeants, des managers, des entrepreneurs, des étudiants, des femmes au foyer qui souhaitent retourner dans le monde du travail. Nous avons eu des personnes âgées de 22 ans à 50 ans. Ce qui rassemble toutes ces personnes brillantes c’est qu’elles sont toutes dans la même phase de leur vie. Elles ont achevé cette phase où elles se posent des questions sur leur carrière et décident de venir au bootcamp pour la prendre en main, agir et redéfinir leur trajectoire. Elles viennent au bootcamp pour passer à l’action.
La diversité des profils que nous regroupons est d’une richesse exceptionnelle. Ceci est dans notre ADN au New Work Lab. Nous croyons fortement à l’intelligence collective et nous pratiquons cela dans notre quotidien.

Nous parvenons à transformer de manière importante les comportements des personnes, à les aider à identifier leurs pistes de progrès et à trouver leur voix. Elles s’engagent sur la voix du changement et passent à l’action.
Avec un recul aujourd’hui de 6 mois, 5 bootcamp carrière et 1 team building, nous avons :

• 95% des personnes qui ont participé au bootcamp qui déclarent être très satisfaites ou satisfaites.

• 75% des participants démarrent un changement significatif dans leur vie professionnelle.

• Certains ont créé leurs nouvelles opportunités au sein de leur entreprise, d’autres ont grimpé dans la hiérarchie au sein de leur propre entreprise.

• L’une des alumni peu après le bootcamp a été identifié pour partir en formation aux Etats-Unis pour 6 semaines.

• Certains décident de lancer leur entreprise, d’autres d’explorer une passion pour en faire peut-être un jour leur nouvel emploi.

• Des personnes commencent à faire du sport/ perdre du poids.

A Lire aussi :      Comment redonner du tonus à sa vie professionnelle