Roby, nouvelle application pour taxi, va lever 125 MDH

Après Marrakech et Casablanca, la start-up compte déployer sa solution à Rabat, Tanger, Tétouan, Fès, Agadir et Ouarzazate. Les chauffeurs pourront ouvrir un compte à Barid Bank et seront déclarés à la CNSS.

Avec un investissement de 1,5 million d’euros, Yann Blay, un homme d’affaires français qui opère dans l’informatique et les télécoms, lance à Marrakech, Roby, une application dédiée exclusivement aux taxis. «L’idée m’est venue en fin 2017 quand je rentrais avec mon fils d’une soirée à Targa dans la banlieue de Marrakech. Nous n’avons trouvé aucun taxi pour nous ramener à la maison. J’ai alors pensé à créer une application pour trouver facilement un taxi. Roby n’est pas une application pour VTC mais exclusivement dédiée aux taxis», précise-t-il. Créée en 2018, Roby, start-up qui a développé la solution éponyme, emploie aujourd’hui une quinzaine de personnes. «Dans la ville ocre, l’application est disponible sur Android et IOS. Elle peut même être téléchargée depuis l’étranger. Pour le 31 décembre 2018, nous avons réalisé 400 courses», déclare M. Blay. Il fait savoir que 320 petits taxis et une centaine de grands taxis travaillent avec cette application et que certains d’entre eux gagnent jusqu’à 8 000 DH/mois grâce à l’application.

Le cœur de cible de Roby est la classe moyenne et les femmes qui constitue 70% de la clientèle. A Casablanca, où l’application est opérationnelle depuis février, 933 petits taxis et une centaine de grands taxis l’ont adoptée et comptabilisent 300 courses par jour.

Le paiement par carte sera bientôt opérationnel

Pour s’affilier au réseau, le chauffeur souscrit un abonnement de 490 DH/mois, quel que soit le nombre de courses. Pour les 6 premiers mois, l’application est gratuite. Pour l’instant, les chauffeurs encaissent le prix de la course majoré d’une commission de 15 DH payée par le client qui peut vérifier le prix de la course directement sur son smartphone. Il peut aussi évaluer la qualité de la course et le service du chauffeur et sera lui-même évalué par le chauffeur. En cas de non-satisfaction ou de manquement, le chauffeur risque une mise à pied ou pire une suspension de son abonnement.

Selon Yann Blay, Rabat est la prochaine destination. Suivront Tanger, Tétouan, Fès, Agadir et Ouarzazate… Pour financer cette croissance, 125 MDH seront levés auprès d’institutionnels et d’investisseurs privés. «Notre objectif est de mettre à niveau la profession de chauffeur de taxi mais également le service. Bientôt, le paiement par carte sera opérationnel et ira directement dans le compte du chauffeur. Pour ce faire, nous avons noué un partenariat avec Barid Bank qui crédite le compte de 200 DH dès son ouverture. Nous espérons également déclarer notre communauté de chauffeurs de taxis à la CNSS», confie M. Blay.
Le service sera aussi amélioré. Un partage de connexion sera gracieusement offert aux touristes. A cet effet, un partenariat est signé avec Inwi pour permettre aux chauffeurs se souscrire un abonnement de 30 go sans appel ou 10 go, 30 h d’appel et appels gratuits entre chauffeurs à 100 DH/mois.