Mobile Banking, e-Banking, Pocket Bank : la clientèle approuve

L’utilisation du Mobile Banking, de la Pocket Bank et du e-Banking au Maroc a connu une évolution significative ces cinq dernières années. Le consommateur marocain, toutes catégories confondues, a adopté ce nouveau canal digital pour gérer son argent au quotidien, faire son shopping, payer ses factures et pour bien d’autres utilisations.

L’intérêt pour le Mobile Banking, le Pocket Bank et le e-Banking croît à vue d’œil. La multiplication des offres et l’adaptation des plateformes digitales aux besoins évolutives des utilisateurs ont permis à ce mode d’utilisation d’intégrer l’ensemble des fonctionnalités que proposent les nouveaux terminaux technologiques, donnant ainsi lieu à des bouquets de services novateurs. L’écosystème du paiement mobile apporte une avancée technologique pour le marché marocain. La nouveauté réside dans l’utilisation du téléphone comme moyen de paiement électronique entre le client final et le commerçant (C to B) et entre le commerçant et son fournisseur (B to B). Les paiements se font en temps réel et de manière totalement sécurisée. Un détail qui ne manque pas de rassurer le consommateur marocain, nouvellement exposé à une pratique à laquelle il n’était pas coutumier. «La dématérialisation de l’argent et la possibilité de pouvoir faire ses achats sans carte bancaire ou argent liquide encourage les clients à se servir du mobile même pour les micro-paiements du fait de la gratuité du service», explique le management d’Al Barid Bank, l’une des premières banques marocaines à entamer une transformation digitale. «En Afrique le paiement mobile a été adopté progressivement, à l’instar du Kenya avec M-pesa, considéré aujourd’hui comme l’un des “use cases” les plus étudiés du fait du succès qu’il a rencontré», poursuit la même source, qui affirme que le Maroc a, aujourd’hui, atteint un niveau de maturité conséquent vis-à-vis des taux de pénétration. L’usage du mobile, notamment d’internet, et le paiement mobile constituent un atout indéniable pour le client car il offre un gain de temps et d’argent considérable. Le secret : une offre de service complète qui inclut l’ensemble des services de la banque, accessibles via n’importe quel terminal connecté.

Toutes les banques s’y sont mises

C’est sur cette posture-là que les banques nationales ont attaqué leur stratégie de digitalisation. Celle-ci est bien souvent basée sur une politique omni canal qui offre aux clients une expérience fluide et une qualité de service que le physique ne permet pas. L’instantanéité de l’opération et la disponibilité 7j7 et 24h/24, sans avoir à se déplacer physiquement, sont parmi les facteurs qui ont permis de fédérer les Marocains autour de ces solutions. Un intérêt grandissant qui s’est soldé, récemment, par l’octroi d’agréments pour l’introduction du mobile wallet (combiné au produit Barid Pay de Barid Cash) pour Al Barid Bank, Beztam-E pour le Crédit Agricole du Maroc, We Pay pour CIH Bank, Bankaty pour Société Générale Maroc, BPay pour la Banque Populaire, Daba Day pour BMCE Bank Of Africa, etc. Des applications adaptées qui permettent aux clients de ces banques d’effectuer des opérations financières chez les commerçants de proximité par le paiement via mobile de produits achetés chez un épicier par exemple. Autre aspect intéressant: la réduction des coûts des transferts d’argent des Marocains résidant à l’étranger (MRE), d’après les conclusions d’une étude menée dans plusieurs pays du Maghreb et de la Zone Franc (Maroc, Tunisie, Sénégal, Cameroun et Comores) par Epargne Sans Frontière, une ONG active sur les questions de la microfinance et les nouvelles technologies adaptées aux services bancaires et financiers. L’étude, commandée par la Banque Africaine de Développement (BAD) en 2012 déjà, avait prédit l’adoption imminente de ces solutions par les banques marocaines et celles présentes au Maroc, au vu des potentialités inouïes qu’elles présentent.

Les chiffres confirment la tendance

Al Barid Bank, qui a partagé ses chiffres actualisés avec La Vie éco, compte aujourd’hui plus de 1 million de contrats signés à fin 2019, et plus de 9 millions d’opérations effectuées courant 2018 (contre 3 millions une année auparavant). Les clients de la banque optent pour le digital à hauteur de 15% du total des opérations effectuées. En 2016 par exemple, ce taux ne dépassait pas les 2%. Le service Fatourati en est un exemple probant, puisque ce canal, basé sur le M-Banking, a compté pas moins de 7,7 millions d’opérations en 2018. Sur ce créneau, Al Barid Bank détient 77,4% de parts de marché. Corrélativement, l’avènement des établissements de paiement – dont les premiers agréments ont été délivrés par Bank-Al-Maghrib en 2018 – vient soutenir l’accélération de l’inclusion financière avec une proposition de valeur attrayante basée sur des produits sans frais de tenue de compte à base de comptes de paiement 100% interopérable : les utilisateurs pourront payer des biens/services, effectuer des transferts et recevoir des fonds, indépendamment de leur établissement d’affiliation, à l’instar de l’interopérabilité des paiements par cartes monétiques.