ENSEIGNEMENT : Entretien avec Yasmine Benamour, Administrateur Directeur Général de HEM
17 août 2017
Ibtissam Benchanna (794 articles)
Partager

ENSEIGNEMENT : Entretien avec Yasmine Benamour, Administrateur Directeur Général de HEM

HEM a un taux de déperdition oscillant entre 20 et 25% entre la 1ère et la 5e année. Pour diminuer ce taux, l’école met en place un encadrement pédagogique très rapproché et un système de tutoring.

Comment qualifiez-vous cette année universitaire?

L’année universitaire était une année de consolidation pour HEM Business School puisque le renforcement de son Programme Grande Ecole au niveau de ses contenus, méthodes et outils pédagogiques s’est poursuivi et ce, à l’aune des besoins aussi bien des entreprises que des nouvelles générations de jeunes. Ce fut, par ailleurs, une année de lancement pour le nouveau-né du Groupe, «Med Métiers, l’Institut Supérieur des Métiers Industriels», nouveau modèle d’institut privé professionnalisant visant la formation d’un middle management en phase avec les besoins économiques de notre pays. Il s’adresse à des catégories économiquement plus faibles et se caractérise, en plus d’un coût des études relativement modéré, par un système complémentaire de crédit-études. «Med Métiers» est complètement distinct de HEM «Grande Ecole», et a vu le jour, dans un premier temps, dans la ville de Tanger. Le Groupe HEM compte ainsi, à ce jour, 6 campus HEM Business School, 1 Institut des Métiers, plus de
2 000 étudiants et a diplômé cette année 362 lauréats.

Nous savons que HEM affiche un taux d’insertion élevé. En face, nous n’avons pas d’idée sur le taux de déperdition des étudiants…

Le taux d’insertion des lauréats de HEM dans le monde du travail est effectivement excellent. Nos enquêtes montrent que plus de 85% de nos diplômés trouvent un emploi moins de 6 mois après leur diplômation et près de 20% intègrent le marché du travail avant même l’obtention du diplôme grâce au stage de fin d’études notamment. Mais le nombre d’étudiants entrant à HEM n’est effectivement pas le même à la sortie. Nous avons un taux de déperdition oscillant entre 20 et 25% entre la 1ère et la 5e année. Cela provient de plusieurs facteurs. Certains étudiants décrochent d’eux-mêmes dès la 1ère année car ils ne s’adaptent pas au système rigoureux de HEM ou ont un réel souci d’orientation manifesté un peu tardivement. Quelques uns refusent l’échec et préfèrent partir tandis que d’autres sont exclus (le règlement de HEM prononce l’exclusion d’un étudiant s’il échoue dans plus de 9 matières durant l’année).

Quelle est votre stratégie pour réduire ces taux globaux de déperdition ?

Nous essayons de diminuer au maximum ce taux de déperdition par le biais d’un encadrement pédagogique très rapproché et un système de tutoring. Tous les cours se font en petits groupes et un tuteur est affecté à chaque groupe pour un suivi régulier. Lors des différentes séances, le tuteur cherche à travailler avec les étudiants la méthode de travail, les orientations globales du groupe et les comportements. Par ailleurs, un tuteur individuel est affecté aux étudiants en difficulté.

Le responsable du Département développement personnel est également là pour les épauler. Des cours de rattrapage sont également proposés à ces étudiants en difficulté dans les matières principales particulièrement. Enfin, notre équipe de professeurs permanents et équipe pédagogique sont à la disposition de tous les étudiants en cas de besoin et chaque étudiant profite d’un suivi individualisé.

La qualité de l’enseignement est un enjeu majeur pour les opérateurs du secteur. Sur la base de quels critères recrutez-vous vos enseignants ?

Dans le modèle pédagogique de HEM, l’enseignant est plutôt animateur et sa première mission est de bien comprendre le groupe (la classe) et d’analyser objectivement les forces qui le traversent.

Cela dépend de ses capacités à percevoir les différentes situations et de son degré de créativité pour instaurer un climat favorable à l’apprentissage. Il doit également obtenir l’adhésion de tous les participants, développer l’esprit coopératif des membres et se mettre d’accord avec eux sur le cadre de travail et les standards de comportement.

Ainsi, l’enseignant – animateur à HEM est tour à tour transmetteur de savoir avec attractivité et motivation, pourvoyeur d’outils et de méthodes de travail, diffuseur de culture générale et d’état d’esprit HEM, orienteur, régulateur ainsi que contrôleur et, enfin, évaluateur positif dans le sens des objectifs et de l’apprentissage. Ce sont donc ces types de critères qui guident notre politique de recrutement.

Dispensez-vous à leur profit des formations en vue de vous assurer de leur pédagogie et de leur maîtrise des matières enseignées?

HEM peut se targuer d’avoir un corps enseignant de très haut niveau et très fidèle également. La Direction des Etudes Groupe HEM a justement mis en place, à l’occasion du renforcement de son Programme Grande Ecole, un programme d’accompagnement de ses enseignants reposant sur trois dimensions complémentaires, à savoir des cycles de conférences, des séminaires et des ateliers d’échange et de partage pédagogiques.

Dans le cadre de ces ateliers d’échange, une série de Journées Hackathon ont d’ailleurs été organisées tout récemment. Les enseignants participants ont ainsi co-construit des solutions innovantes répondant à la question centrale «Comment adapter notre enseignement à la génération des Milleniums ?». Au total, près de 140 enseignants ont répondu présents à notre invitation et se sont mobilisés sur ces différentes journées à travers le Maroc.

Au total, 35 projets innovants ont été proposés relevant à la fois d’outils et du contenu pédagogiques. Pour la réalisation de ces projets, la Direction des Etudes du Groupe HEM a mis en place un plan d’application en 3 phases : décembre 2017, septembre 2018 et septembre 2019.